Édition du 19 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

Le Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires est détestable et représente une menace pour la souveraineté alimentaire des peuples.

(22 septembre 2021, Harare) La Via Campesina fait partie des nombreux autres mouvements sociaux de petits producteurs alimentaires, de travailleurs et de peuples autochtones qui boycottent le Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires (UNFSS), qui doit se tenir à New York le 23 septembre 2021. Les mouvements populaires sont unis pour condamner l’illégitimité de ce « sommet » et pour dénoncer la tentative des sociétés transnationales d’usurper les espaces institutionnels au sein des Nations unies.

23 septembre 2021 | tiré du site de la Via Campesina
https://viacampesina.org/fr/le-sommet-des-nations-unies-sur-les-systemes-alimentaires-est-detestable-et-represente-une-menace-pour-la-souverainete-alimentaire-des-peuples/

Le Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones (MSC), qui comprend des mouvements sociaux dont La Via Campesina, a souligné que les événements préalables au sommet qui ont eu lieu en juillet sont en train d’ériger des structures de gouvernance parallèles. Le Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires est en train de saper les institutions et les organismes multilatéraux existants chargés d’élaborer des cadres politiques mondiaux pour l’alimentation et l’agriculture. Plusieurs États membres se demandent ce que ce sommet a l’intention de réaliser et si ses résultats seraient contraignants pour l’élaboration des cadres politiques nationaux. Il supplantera les institutions existantes telles que le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) et laisse présager une prise de contrôle de la gouvernance alimentaire mondiale par les entreprises.

Il est certain que les systèmes alimentaires mondiaux doivent faire l’objet d’une révision radicale. L’augmentation de la faim, les dommages écologiques causés par la production alimentaire, notamment la déforestation, la dégradation des sols, la perte de biodiversité, les pêcheries décimées, les eaux polluées, la pauvreté rurale croissante, la répression continue des mouvements paysans et indigènes dans le monde entier, les déplacements de population et les crises climatiques – tous ces éléments montrent qu’une transformation urgente est nécessaire. La demande de transformer le système alimentaire mondial et de le faire pencher en faveur des petits producteurs alimentaires ne date pas d’hier. Elle a été formulée pour la première fois lors du Forum de la société civile à Rome en 1996.

Pourtant, lorsque le Secrétaire général des Nations unies a annoncé il y a deux ans qu’un Sommet des systèmes alimentaires (SSA) se tiendrait fin 2021, la nouvelle a été déroutante. Pourquoi le Secrétaire général a-t-il lancé ce sommet sur l’alimentation en partenariat avec le Forum économique mondial – un organisme du secteur privé – alors que la FAO a accueilli toutes les éditions précédentes après des mandats spécifiques des États membres ? Pour ne laisser aucun doute sur les intérêts des entreprises qui dirigent le Sommet du système alimentaire, l’envoyée spéciale nommée pour le Sommet, Agnes Kalibata, est la présidente de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA). Cette agence financée par Gates et Rockefeller fait la promotion de l’agriculture de haute technologie et des semences OGM. Fondée en 2006, cette Alliance a travaillé dans 13 pays africains pour augmenter la productivité de 30 millions de petits ménages agricoles en encourageant l’adoption de l’agriculture industrielle. Malgré les promesses de l’AGRA de doubler la productivité des cultures et les revenus tout en réduisant de moitié l’insécurité alimentaire d’ici 2020, soutenues par des milliards de dollars de donateurs, elle n’a pas été en mesure de fournir des documents attestant de la réalisation de ces objectifs. Les échecs de l’AGRA sur le continent et les conflits d’intérêts apparents de Mme Kalibata dans son rôle d’envoyée spéciale du Sommet ont entraîné une large résistance des mouvements sociaux et de la société civile.

La farce de l’ « inclusivité »

Les organisateurs du Sommet suivent une approche multipartite au lieu d’un arrangement multilatéral. Les sommets multilatéraux, fondés sur les droits de l’homme, avec des processus de prise de décisions transparents et des mécanismes de responsabilité, sont censés donner la priorité aux voix des détenteurs de droits et tenir les gouvernements responsables du respect de ces droits. Mais ce « Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires » repose sur l’idée de « multipartenariat » – traitant toutes les parties prenantes comme égales, sans tenir compte des déséquilibres de pouvoir ou de leur position dans le système. Cette fiction de l’égalité permet aux puissants de ne pas être contestés et de ne pas avoir de comptes à rendre, en cachant ou en ignorant tout conflit d’intérêts. En confondant les intérêts privés des entreprises avec l’intérêt public, elle supplante et efface ce dernier. Pour promouvoir son caractère « inclusif », elle a multiplié un éventail vertigineux de plateformes, de dialogues, de consultations, de comités, de documents et de forums de participation. Les citoyens privés et les gouvernements sont entraînés dans ces processus. Certains d’entre eux sont ouverts, mais beaucoup sont réservés aux participants invités, contournant et sapant les organisations autonomes et démocratiques tout en favorisant des individus triés sur le volet. L’ensemble du processus manque de transparence et de légitimité. Qui prend les décisions ? Sur quelles bases ? Qui est responsable ? Devant qui ?

L’apparence d’un langage progressiste

En juillet de cette année, La Via Campesina était parmi les membres du MSC qui ont co-organisé des contre-mobilisations – pour dénoncer l’inacceptabilité qui est venue définir le sommet des systèmes alimentaires de cette année. Une grande variété de participants se sont rassemblés et ont catalysé et amplifié une contre-narration des procédures officielles. Avec des articles critiques publiés dans les principaux médias et plusieurs milliers de messages #FoodSystems4People sur les médias sociaux vus par potentiellement 10 millions d’utilisateurs, la contre-mobilisation a réussi à toucher un large public avec sa vision d’une véritable transformation des systèmes alimentaires non durables.

Cette résistance organisée a ébranlé les organisateurs du sommet officiel. En réponse, ils ont intensifié l’utilisation d’un langage progressiste (« durabilité », « solutions positives pour la nature », « limites planétaires », « autonomisation des femmes », etc.) et de références aux droits de l’homme dans leurs documents.) et des références aux droits de l’homme dans leurs documents. Mais l’orientation première du Sommet reste fermement ancrée dans les intérêts des entreprises qui l’ont initié plutôt que dans les demandes et les droits des personnes qui produisent des aliments et de celles qui sont le plus touchées par les systèmes alimentaires actuels. Elle continue à confirmer un éventail étroit de données de partisans scientifiques tout en ignorant les connaissances traditionnelles et expérientielles des petits producteurs agricoles, des populations autochtones, paysannes et rurales. La numérisation, la modification génétique, l’agriculture de précision et d’autres approches lourdes en produits chimiques, en capitaux et en combustibles fossiles occupent le devant de la scène parce que ces prétendues solutions sont les plus rentables pour les entreprises (au détriment de l’environnement et des moyens de subsistance des agriculteurs).

Comme le note le rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation, « “L’agriculture industrielle intensive repose sur des systèmes agricoles à forte intensité d’intrants et à haut rendement dans lesquels prédominent les grandes exploitations spécialisées. Depuis que les gouvernements ont commencé à opter pour la Révolution verte dans les années 1950, les systèmes alimentaires mondiaux sont de plus en plus alignés sur les modèles industriels, l’idée étant que les personnes peuvent produire de grandes quantités de denrées alimentaires si elles sont en mesure d’acheter des intrants industriels : engrais synthétiques, pesticides et machines dépendantes du carbone. Dans ce contexte, la productivité ne s’évalue pas du point de vue de la santé humaine et environnementale, mais exclusivement du point de vue de la production des produits de base et de la croissance économique. »

Malheureusement, le Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires ignore tous ces avertissements et continue de défendre un modèle d’agriculture intensive dirigé par les entreprises, qui se fait passer pour des “solutions”.

Présages d’une nouvelle structure de gouvernance mondiale ?

Ce Sommet attaque de front et va saper les espaces d’élaboration des politiques et les institutions mondiales existantes comme la FAO et le CSA. Au lieu de cela, il érige une architecture parallèle pour satisfaire les intérêts de l’agrobusiness. Les organisateurs du Sommet encouragent maintenant les parties prenantes à former des « coalitions d’action » pour mettre en œuvre des « solutions ». Les gouvernements sont encouragés à développer des « voies nationales » avec des coalitions de parties prenantes, dont beaucoup seront inévitablement dominées par ceux qui ont les moyens de les financer. Les pays à revenu moyen et faible sont susceptibles d’entrer dans des « coalitions » avec des investisseurs et des philanthrocapitalistes, tels que la Fondation Gates, pour se tailler des « parcours nationaux » profitables à leurs partenaires de coalition.

La résistance à cette structure parallèle vient également de l’intérieur du Sommet officiel. Dans sa lettre de démission (datée du 25 août 2021), le Dr Kristy Buckley, présidente du domaine d’action de la gouvernance du Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires, a tourné en dérision les tentatives de considérer la gouvernance alimentaire mondiale « à travers le prisme de l’innovation, de la finance, de la technologie et des données, sans tenir compte des droits de l’homme, de genre et des peuples autochtones ». Sa déclaration est une confirmation de ce que les mouvements sociaux ont mis en garde depuis longtemps.

La véritable solution aux crises climatiques, à la faim, aux migrations de détresse et à l’extrême pauvreté réside dans les populations. Elle doit émerger des principes de souveraineté alimentaire et de justice sociale. Elle doit reconnaître la nourriture comme un droit humain fondamental et non comme une marchandise destinée au commerce spéculatif. Elle doit respecter les divers systèmes alimentaires agroécologiques à petite échelle qui existent sur nos territoires.

Le « Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires » de 2021 est une antithèse à ces principes et menace la souveraineté alimentaire des peuples. La Via Campesina ne restera pas silencieuse. Le Sommet n’a aucun mandat, aucune légitimité, ni aucune autorité pour s’étendre au-delà du 23 septembre 2021. Nous devons empêcher les entreprises affiliées au Sommet de poursuivre l’intégration de la structure multipartite dans les agences alimentaires et agricoles de l’ONU. Tout au long de cette semaine, les organisations membres de La Via Campesina organiseront des contre-mobilisations en Asie, en Afrique et en Europe. Nos membres et alliés nord-américains organiseront un contre-sommet virtuel le 23 septembre pour exposer le véritable agenda derrière ce Sommet tout en présentant les éléments de la transformation radicale que nous recherchons dans les systèmes alimentaires mondiaux.

Mondialisons la lutte ! Mondialisons l’espoir !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...