Édition du 12 novembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Blogues

Le dernier des hommes de F. W. Murnau (1924)

Nous devons à F.W. Murnau ce grand film de l’époque du cinéma muet.

Pour aller rapidement à l’essentiel, il s’agit de l’histoire d’un vieux portier d’hôtel, très fier de sa position et du costume qui vient avec. Il sera profondément humilié par un changement d’affectation de poste en raison de son âge. Il passera de portier à la surveillance des toilettes. Il s’agit là, comme dirait l’autre, de toute une humiliante rétrogradation qui s’accompagne de la perte de son prestigieux costume de portier d’Hôtel qu’il tentera de récupérer. Ce film aborde un thème profondément humain et l’interprétation d’E. Janning est, à certains endroits, touchante.

Première moitié des années vingt, une partie de la population allemande se sent profondément vexée par le Traité de Versailles de 1919 qui fixe les sanctions prises à l’encontre de l’Allemagne par les pays alliés au lendemain de la « Grande Guerre » (qui sera par la suite appelée par la suite « Première Guerre mondiale »). L’Allemagne est amputée de certains territoires et privée de ses colonies. Elle aura également à absorber de lourdes sanctions économiques et devra accepter d’importantes restrictions en lien avec sa capacité militaire. Bref, à la fin de la décennie des années dix et au début des années vingt, le moral des AllemandEs est au plus-bas. C’est dans ce contexte que Murnau réalise une première version de son film.

Version dans laquelle son portier se laisse tenter, à la suite de sa dégradation, par le suicide. Ce sera à la demande de l’UFA (la société de production et de distribution cinématographique Universum Film AG fondée en 1917) que Murnau modifiera le dénouement de son film pour y introduire un happy end pas tellement convaincant. L’ex-portier devenu « préposé au Pipi room » touchera un héritage providentiel, ce qui lui permettra de se muter en client capricieux du chic Grand hôtel Atlantic. Le portier dépouillé de son uniforme est un peu le symbole de l’Allemagne humiliée au lendemain de sa défaite militaire lors de la Guerre 1914-1918.

Ce film a une grande qualité cinématographique. Il fait intervenir la caméra en tant qu’acteur du film. C’est en effet à travers la distorsion optique de la caméra que nous saisissons que le portier est ivre. Une grande innovation technique à l’époque.

Je me souviens d’avoir lu quelque part que ce film a inspiré les premiers grands cinéastes soviétiques ainsi qu’Orson Welles.

Yvan Perrier

Yvan Perrier

Yvan Perrier est professeur de science politique depuis 1979. Il détient une maîtrise en science politique de l’Université Laval (Québec), un diplôme d’études approfondies (DEA) en sociologie politique de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et un doctorat (Ph. D.) en science politique de l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur au département des Sciences sociales du Cégep du Vieux Montréal (depuis 1990). Il a été chargé de cours en Relations industrielles à l’Université du Québec en Outaouais (de 2008 à 2016). Il a également été chercheur-associé au Centre de recherche en droit public à l’Université de Montréal.
Il est l’auteur de textes portant sur les sujets suivants : la question des jeunes ; la méthodologie du travail intellectuel et les méthodes de recherche en sciences sociales ; les Codes d’éthique dans les établissements de santé et de services sociaux ; la laïcité et la constitution canadienne ; les rapports collectifs de travail dans les secteurs public et parapublic au Québec ; l’État ; l’effectivité du droit et l’État de droit ; la constitutionnalisation de la liberté d’association ; l’historiographie ; la société moderne et finalement les arts (les arts visuels, le cinéma et la littérature).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sur le même thème : Blogues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...