Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Cessez de subventionner les sociétés, démocratisez l'économie

Le week-end de Pâques, Sid Hynes, le président exécutif d’Oceanex, une compagnie maritime canadienne, a annoncé qu’il allait réduire son service d’expédition à Terre-Neuve. Citant une perte commerciale, Hynes a déclaré que la société ne pouvait plus absorber les pertes subies en maintenant les expéditions régulières de Montréal à Terre-Neuve. À moins, bien sûr, que le gouvernement fédéral n’intervienne et compense les pertes.

Oceanex est une compagnie maritime à but lucratif qui apporte 70% de toutes les marchandises à la péninsule d’Avalon. Sans cette bouée de sauvetage vitale, la province a au mieux un approvisionnement alimentaire de cinq jours. Hynes a déclaré qu’Oceanex était une entreprise privée et que les gens ne pouvaient pas s’attendre à ce qu’elle « se mette en faillite simplement parce qu’ils ne veulent pas entendre la vérité ».

La dure vérité est qu’Oceanex retient le gouvernement et la population de Terre-Neuve en otage pour obtenir une subvention afin qu’ils puissent réaliser un profit. Alors que la société d’État Maritime Atlantic a offert sa capacité en cas de crise, la vraie solution à cette crise est évidente. Oceanex ne doit pas être renfloué ou subventionné, il doit être repris par le gouvernement. Il devrait être nationalisé.
Le marché a échoué. Et nous n’avons pas besoin de solutions qui le soutiennent, mais de le rationaliser et de le démocratiser afin de répondre aux besoins des humains. Pour ce faire, nous devons faire pression pour étendre les services publics et accroître le contrôle des travailleurs et travailleuses.

La santé et les profits ne se mélangent pas

L’une des tragédies de cette crise est de voir les établissements de soins de longue durée (CHSLD, SLD en anglais) devenir des vecteurs du virus. Plus de la moitié des décès liés au COVID-19 au Canada sont survenus dans des maisons de soins infirmiers.

Ces établissements à but lucratif sont un scandale absolu dans notre système de santé. Dans le meilleur des cas, les sociétés qui gèrent des SLD ont fait passer les bénéfices avant les résidents et les travailleurs . Les établissements manquent de ressources et de personnel, car ils existent pour générer des profits, pas pour s’en soucier. Des décennies de coupes dans les soins de santé publics ont ouvert la porte à une augmentation des soins de santé à but lucratif. Comme l’a souligné la Coalition ontarienne de la santé en 2019 , « plongés dans une crise de sous-capacité, les hôpitaux ont systématiquement redéfini les patients hospitalisés en soins chroniques comme nécessitant des soins de longue durée moins financés dans le but de les faire sortir des hôpitaux ».

Le résultat des compressions a été un téléchargement des soins aux patients dans le système à but lucratif. Et le manque de réglementation, de surveillance et les mauvaises conditions de travail a été un désastre. Dans un récent rapport de la CBC, il a été révélé que seulement neuf des 626 foyers de l’Ontario ont en fait reçu des soit-disant inspections de qualité des résidents.

Le NPD et le mouvement syndical ont réclamé plus de réglementation et de meilleures conditions de travail dans ces installations, ce qui serait une amélioration. Mais ce qui est vraiment nécessaire, c’est une nationalisation à grande échelle des établissements de SLD et des services à domicile. Le motif du profit et les soins de santé ne se mélangent pas. Les travailleurs du système de santé le savent, c’est pourquoi ils devraient avoir un plus grand contrôle sur les conditions de travail et la prestation des soins de santé. Ce n’est pas seulement que nous avons besoin de la propriété publique, nous avons besoin de la propriété publique qui permet aux travailleurs de fournir des soins de santé de manière démocratique.

Renflouements d’entreprises

General Motors a fermé son usine d’Oshawa en décembre dernier, décimant ainsi économiquement une communauté. Alors que la pandémie se propageait, les travailleurs ont rapidement indiqué que les installations de GM pourraient être réouvertes et réoutillées pour fabriquer des ventilateurs, des masques et d’autres équipements de protection dont on a désespérément besoin.

"Il y a une usine vide à Oshawa avec des milliers de travailleurs disponibles", a déclaré plus tôt ce mois-ci Rebecca Keetch, une ancienne employée de GM . « Il n’y a aucune raison pour que des travailleurs soient obligés d’être des héros. Ils devraient pouvoir faire leur travail et être en sécurité. Ils devraient avoir l’équipement approprié dont ils ont besoin, qu’il s’agisse d’un travailleur du commerce de détail, d’un travailleur de la santé ou d’une personne en soins de longue durée. »

Alors que les usines automobiles sont au ralenti et que l’évaluation des entreprises automobiles est martelée, ce n’est qu’une question de temps avant que l’industrie ne demande un renflouement. Même chose avec des entreprises comme Bombardier, le constructeur aéronautique et ferroviaire. Ces industries contrôlent des capacités industrielles vitales que nous pourrions utiliser pour faire face à cette crise et préparer la crise climatique à venir.

Le secteur automobile et Bombardier ont tous deux reçu de généreuses subventions publiques sans conditions. En 2008, le secteur automobile a reçu plus de 13 milliards de dollars du gouvernement fédéral. Depuis, des millions de fonds publics supplémentaires ont été accordés au secteur par les gouvernements provincial et fédéral. Tout cet argent est venu sans aucune condition. Bombardier a également bénéficié d’importantes subventions provinciales et fédérales s’élevant à des milliards de dollars . Les politiciens ont justifié ces généreux cadeaux aux sociétés riches comme étant le prix de l’attraction et du maintien d’emplois. Argent public pour les emplois privés et les bénéfices privés. Même selon sa propre logique, cette stratégie a échoué, car le secteur automobile et Bombardier ont fermé des usines et licencié des travailleurs après avoir reçu cet argent.

Ces entreprises devraient maintenant recevoir une nouvelle injection massive d’argent public par le biais de la Subvention canadienne pour les salaires d’urgence . La subvention salariale de 75% soutenue par tous les principaux partis et la Chambre de commerce représente une masse salariale de 73 milliards de dollars. Cela ne comporte pratiquement aucune condition pour les employeurs. On l’a justifié comme étant le meilleur mécanisme pour offrir des soutiens au revenu et pour faire fonctionner les entreprises. Mais en termes simples, il s’agit d’argent public pour maintenir le marché privé à flot. Et le coût politique du maintien des marchés en marche est de nouvelles attaques contre les travailleurs, des coupes dans les services publics et les emplois comme cela se produit en Alberta , en Ontario et au Manitoba jusqu’à la destruction des droits de négociation collective comme cela se produit au Québec .

Les sociétés énergétiques devraient recevoir un renflouement public qui doublera la consommation publique grâce à la subvention salariale. Les compagnies aériennes qui utiliseront la subvention salariale demandent déjà un nouveau sauvetage . Mais à vrai dire, aucun de ces deux secteurs de l’économie ne devrait être entre des mains privées. Ces industries devraient être nationalisées , sans compromis.

Démocratiser le lieu de travail

Depuis que la pandémie a frappé les travailleurs et travailleuses à travers le pays, ils ont commencé à exiger une réelle protection et une amélioration de leurs conditions de travail. Ce sont les employés des épiceries, les employés des entrepôts, les travailleurs de la santé, les travailleurs sociaux et les postiers qui ont tiré la sonnette d’alarme quant au besoin d’EPI (Équipement de protection individuelle) . Ce sont les campagnes pour les droits des travailleurs comme la lutte pour 15 $ et l’équité qui ont poussé à la nécessité de congés de maladie payés . Ce sont les travailleurs du transport en commun qui ont appelé à des protocoles de transport et de sécurité gratuits pour protéger les usagers et les travailleurs.

La capacité créative des travailleurs et l’urgence de faire face à la situation contrastent remarquablement avec les employeurs qui ont été lents à répondre, voire à rejeter ces préoccupations en matière de santé et de sécurité.
Si nous voulons vraiment lutter contre la pandémie, la crise économique et la crise climatique, nous devons remettre en question la logique du marché qui fait passer les profits avant les personnes. Cela ne signifie pas de remplacer un modèle d’entreprise d’exploitation à but lucratif par une société d’État qui vise le profit, mais plutôt d’autonomiser les travailleurs et de leur donner un plus grand contrôle sur le fonctionnement de l’économie. Si cela semble tiré par les cheveux, rappelez-vous que le gouvernement mobilise actuellement des ressources sans précédent et prend des mesures radicales pour sauver le système.

La plupart des travailleurs sont exclus des décisions prises sur le lieu de travail. Les propriétaires décident, les patrons dictent et les travailleurs se conforment ou ils sont sans emploi. Le lieu de travail n’est pas une institution démocratique, c’est une dictature. Les entreprises sont des fiefs privés à but lucratif de la tyrannie. Alors que les gouvernements veillent à ce que certaines normes fondamentales du travail existent sur papier, elles reflètent en réalité un équilibre général des forces de classe dans la société.

La meilleure façon de lutter contre ce virus et de s’attaquer aux problèmes systémiques qui aggravent la pandémie est d’élargir radicalement la démocratie. Les meilleurs combattants pour les normes de santé et de sécurité sont les travailleurs et travailleuses eux-mêmes. Le moyen le plus rationnel de nous assurer d’avoir les ressources nécessaires pour héberger, nourrir, transporter et prendre soin de tous dans notre société est de libérer les capacités créatives des personnes au travail. Les travailleurs et travailleuses peuvent et doivent créer un monde à l’image de la solidarité que nous exprimons chaque jour. Pour cela, il faut briser l’économie basée sur le profit et nationaliser avec une planification démocratique. Au lieu de subventions pour maintenir le marché, nous devons étendre la démocratie sur le lieu de travail pour aller au-delà de l’exploitation et de l’irrationalité du marché.

David Bush est coéditeur de RankandFile.ca.

Traduction de l’article paru dans Springmagazine of
socialist ideas in action

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...