Édition du 12 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Forum social des peuples

Forum Social des peuples : Where is Quebec ?

Du 21 au 24 août dernier s’est tenu à Ottawa le Forum social des peuples. Tout était à l’ordre du jour : ateliers, conférences, théâtre, exposition, manifestation, tracts, livres et littératures politiques. Tout un happening autour des idées progressistes, écologistes, féministes at des réalités autochtones. Tout ce que la gauche discute et réfléchit au Canada.

SI la dernière phrase ne vous fait pas tiquer vous vous situez dans la même compréhension politique que beaucoup de personnes présentes au Forum. C’était la réalité canadienne qui était mis de l’avant… pas pan canadienne qui tient compte des diverses questions nationales…mais celle d’un beau grand pays …notre Canada.

À commencer par le président du CTC qui, tout au long de son discours, tout en anglais, a parlé des nations autochtones mais toujours dans la perspectives de son pays : le Canada. Rien sur le droit à l’autodétermination des nations opprimées. Rien qui tienne compte de la situation québécoise à commencer par la lutte mémorable des travailleuses et travailleurs des municipalités sur le régime de retraite et la loi 3. Pourtant la majorité de ces personnes sont membres du CTC.

Faut-il le rappeler le bilinguisme au Canada est une utopie. Ceux et celles qui porte le bilinguisme, ce sont les Québécois et les Québécoises…par obligation d’intégration. Le rest of Canada ne parle qu’anglais. Le Forum a vraiment révélé cette dimension unilatérale. Les jeunes générations, à cause d’un meilleurs système d’éducation, possède sans problèmes l’anglais. Pour eux et elles, l’utiliser ne cause pas problème. Mais cette habilité ne doit pas cacher la dimension politique de l’émancipation du Québec. Plusieurs orateurs et oratrices ont ainsi fait leur discours en anglais pour accommoder une salle à majorité anglophone. Ça devrait nous faire réfléchir.

Where is Quebec ? Malgré une participation massive de militantes et militants québécois, le Québec ne faisait pas partir des discussions et des réflexions politiques alors que la question nationale pose directement la question du pouvoir dans l’État canadien. Il faut battre Harper et il faut penser l’après Harper : voilà le constat consensuel du sommet. Mais la vraie remise en question de l’ensemble de l’État canadien passe par les questions nationales : des nations autochtones, du Québec, de l’Acadie. Mais le débat sur l’indépendance est déjà un débat difficile au Québec. La désillusion face au Parti Québécois et maintenant face au Bloc laissent des traces. Faut-il encore se battre pour l’indépendance ? La réponse est oui plus que jamais car le gouvernement Harper a été un des plus virulents gouvernements contre les droits du Québec. Mais il faut poser l’indépendance dans un réel projet de société plus juste et plus équitable et dans une réelle démarche d’appropriation des espaces de pouvoirs. Il faut défendre la revendication d’une assemblée constituante et l’élaboration d’une constitution pour le Québec. Il faut en finir avec le fait de compter sur un parti politique pour réaliser l’indépendance. Il faut que la population définisse ensemble ce qu’elle veut pour son avenir et celle de ses enfants.

Le Forum des peuples a aussi été un moment pour la gauche pan-canadienne de se rencontrer, de réfléchir ensemble et de commencer à élaborer une cause commune de lutte et des formes d’organisation communes. C’est déjà beaucoup dans le contexte actuel de mondialisation, de néolibéralisme et d’attaques systématiques contre les droits des populations.

Mais le point le plus intéressant a été la présence autochtone. Ce sont leurs territoires et c’est leurs pays. Ils se devaient d’être mis de l’avant. Pas seulement comme un bloc autochtones mais aussi avec leurs diversités culturelles. Mais évidemment, avec le refus de Harper de tenir compte des dommages écologiques, les nations autochtones ont insisté sur la protection de la terre mère. Ce sont ces nations qui voient à l’heure actuelle leur mode de vie remis en question, leurs communautés désarticulées et leur santé mis en péril pour les profits des multinationales des mines et du pétrole.

Where is Quebec ? Quebec was present during de Forum, but not like Quebec.

Il reste à espérer que le prochain Forum portera sur les problématiques des questions nationales et de l’indépendance du Québec. Il faut rêver un peu et espérer que les réflexions politiques porteront fruit. Et féministement, disons que « Nous parlons pour que les gens pensent »

Chloé Matte Gagné

Sur le même thème : Forum social des peuples

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...