Édition du 20 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Incitation à la haine anti-chinoise

Le racisme anti-chinois a de profondes racines historiques au Canada et les efforts actuels pour attiser la fièvre de la guerre raviveront cet héritage.

Le gouvernement Trudeau a pris des mesures pour expulser le diplomate chinois Zhao Wei au motif qu’il a été impliqué dans le ciblage des membres de la famille du député conservateur Michael Chong qui vivent à Hong Kong. Le Globe and Mail nous informe qu’un rapport du SCRS datant de 2021 avait suggéré que Zhao Wei recueillait des informations sur la famille de Chong après que le député eut présenté une motionen février 2021 pour que la Chambre des communes déclare que la persécution des Ouïghours par la Chine constituait un génocide. Le rapport de l’agence de renseignement qualifie également Pékin de "principal responsable" de l’ingérence étrangère au Canada.

18 mai 2023 | tiré de Canadian dimension

Le Globe and Mail fonde son affirmation selon laquelle la famille de M. Chong a été isolée sur "une source de sécurité nationale" qu’il refuse de révéler. Pour sa part, M. Chong n’a donné aucune indication sur le fait que les membres de sa famille ont été victimes d’ingérence. Il a simplement indiqué qu’il s’était abstenu d’entrer en contact avec eux "par excès de prudence".

À en juger par le compte rendu du Globe and Mail sur le rapport au centre de cette tempête, le SCRS a joué sur la notion d’ingérence chinoise débridée, maisa souligné de manière assez révélatrice que "la Chine considère le Canada comme une cible clé, car il est membre de l’alliance de partage de renseignements Five Eyes, qui comprend également les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande". De toute évidence, la Chine n’a peut-être pas le monopole des activités d’ingérence.

Il est clair que le SCRS et les conservateurs, avec l’aide de certains médias, ont fait pression sur les libéraux pour qu’ils montent d’un cran dans leur belligérance à l’égard de la Chine. Ce qui est frappant dans les allégations qui ont conduit à cet acte assez grave, c’est qu’elles proviennent de sources de renseignements qui, par définition, ne peuvent pas être vérifiées. Nous ne savons pas ce que les responsables chinois ont fait ou n’ont pas fait. Nous ne savons que ce que le SCRS veut nous faire croire.

Une partie d’un modèle

Le présent incident n’est pas tombé du ciel. Une campagne soutenue est en cours pour promouvoir la notion d’une menace chinoise malveillante. Il y a quelques mois, nous avons été encouragés à scruter le ciel à la recherche de menaçants "ballons espions" envoyés par Pékin. Des efforts considérables ont été déployés pour abattre ces objets, qui sont devenus le sujet de l’heure.

Lorsqu’il est apparu clairement que la peur des ballons n’était que de l’air chaud, la question de l’ingérence de la Chine dans les élections et les affaires politiques internes du Canada est apparue comme le prochain développement sinistre. S’appuyant sur une nouvelle série d’affirmations non corroborées émanant d’agents du SCRS pour alimenter l’opération, Global News a pris la tête d’un effort visant à présenter les politiciens canadiens élus ayant des antécédents familiaux chinois comme faisant "partie d’un réseau chinois d’ingérence étrangère".

Sur la base de ces allégations peu convaincantes, le NPD a honteusement présenté une motion à la Chambre des communes demandant une enquête publique sur l’ingérence électorale. Le député libéral Han Dong a été contraint de se retirer du caucus de son parti et un député conservateur de l’Ontario, Vincent Ke,a subi le même sort. Nous ne devrions pas perdre de vue que ces événements soulèvent le trope laid et inquiétant de "l’ennemi intérieur" qui, une fois libéré, a tendance à prendre une vie propre.

Le fait que des efforts aussi déterminés soient déployés pour attirer notre attention sur la menace supposée de l’ingérence chinoise soulève des questions sur la manière dont nous devrions considérer cette évolution et sur la réponse que nous devrions y apporter. Il faut tout d’abord comprendre que l’escalade de l’hostilité à l’égard de la Chine est motivée par des considérations de rivalité mondiale. Le Canada est un partenaire mineur d’une alliance dirigée par les États-Unis qui se méfie de la puissance croissante de la Chine. Bien que les États-Unis soient toujours la puissance économique dominante, leur principal rival a réduit l’écart ces dernières années dans une mesure qui laisse présager la fin de l’hégémonie américaine, la puissance productive croissante de la Chine prenant la forme d’un défi à la "domination traditionnelle (des États-Unis) en tant que partenaire commercial pour d’autres pays dans le monde".

Il convient de souligner que les États-Unis, avec le soutien total du Canada, font activement monter les enchères pour défier leur rival. Les navires de guerre canadiens se sont joints aux navires américains pour naviguer de manière provocante dans le détroit de Taïwan, revendiqué par la Chine comme eaux territoriales. Indépendamment du bien-fondé de cette revendication, il est difficile d’imaginer le gouvernement canadien ou les médias admettre qu’une flotte de navires de guerre chinois au large des côtes de la Colombie-Britannique a tout à fait le droit d’accéder aux eaux internationales comme elle le souhaite.

En décembre dernier, Mélanie Joly, ministre des affaires étrangères, a annoncé que le Canada consacrerait 400 millions de dollars au soutien militaire de la région indo-pacifique, qu’il renforcerait sa présence navale et qu’il affecterait davantage d’attachés militaires dans la région. Ces actions canadiennes ne sont qu’une partie d’un effort beaucoup plus vaste mené par les États-Unis pour renforcer les capacités en vue d’un conflit armé avec la Chine.

De nombreux pays dans le monde s’estimeraient heureux si l’ingérence qu’ils subissent de la part du Canada se limitait à quelques ballons au-dessus de leur tête et à une tentative d’influencer certains représentants élus. Les Afghans qui ont vécu sous une occupation à laquelle le Canada a participé seraient probablement de cet avis. Il en va de même pour les habitants d’Haïti et du Honduras, dont les régimes brutaux ont été imposés par des coups d’État menés avec l’aide des gouvernements canadiens. Le rôle joué par le Canada dans la création du groupe de Lima en vue de promouvoir un changement de régime au Venezuela est une véritable étude de cas en matière de techniques d’ingérence.

Réaction raciste

Le racisme anti-chinois a des racines historiques profondes dans ce pays et les efforts actuels pour attiser la fièvre de la guerre ne manqueront pas de raviver cet héritage peu glorieux. En effet, pendant la pandémie, l’hostilité à l’égard des Chinois au Canada s’est accrue. Comme le rapporte The Martlet, "les données du département de police de Vancouver montrent une augmentation de 717 % des crimes haineux visant les Canadiens d’origine asiatique entre 2019 et 2020". Une enquête sur les Chinois, également menée à Vancouver pendant cette période, a révélé que "la moitié des participants à l’étude ont également déclaré avoir été "traités de noms, tournés en dérision et insultés" pendant la pandémie." La fomentation d’un sentiment anti-chinois produira inévitablement des résultats similaires.

En février, alors que le battage médiatique autour des ballons espions atteignait son paroxysme, l’ancien ministre conservateur de la défense Peter MacKay est entré dans la danse en déclarant que la menace flottante pour notre sécurité collective montrait que "le Canada doit donner la priorité à la modernisation de ses forces armées face aux incursions croissantes de la Chine et de la Russie dans l’Arctique". Alors que le programme d’austérité compromet les systèmes de soins de santé et dégrade les services publics, on nous demande d’accepter le détournement de vastes ressources vers un renforcement militaire et la poursuite d’une rivalité mondiale qui projette l’ombre de la guerre sur le monde.

L’affirmation selon laquelle la classe ouvrière canadienne n’a aucun intérêt dans le jeu de la rivalité avec la Chine n’implique pas que nous devrions prendre le parti du gouvernement chinois. Comme je l’ai déjà dit, nous devrions soutenir pleinement les nombreux actes de résistance de la classe ouvrière qui se produisent constamment en Chine. Lorsque des minorités opprimées comme les Ouïghours résistent, nous devons nous ranger de leur côté. Les mouvements qui sont descendus dans les rues de Hong Kong pour réclamer des libertés démocratiques doivent également être soutenus.

L’internationalisme de la classe ouvrière ne signifie pas que les rivaux de "nos" capitalistes doivent être considérés comme nos amis. Cela signifie que nous devons soutenir les luttes des travailleurs et des opprimés partout dans le monde, même lorsqu’elles se déroulent dans des pays dont les gouvernements sont en désaccord avec Washington et Ottawa. Cependant, nous n’avons aucun intérêt dans la lutte pour la répartition des marchés et des profits mondiaux ; nous devons nous opposer fermement à l’accumulation d’armes et à l’escalade de la menace d’un conflit catastrophique. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour contrer le climat de ferveur guerrière qui s’installe à mesure que les rivalités s’intensifient.

La campagne anti-chinoise actuelle bénéficie de soutiens très puissants et est poursuivie sans relâche. Elle est laide, toxique et réactionnaire au plus haut point et nous devons construire une opposition unie pour la défier et la vaincre.

John Clarke est écrivain et organisateur retraité de la Coalition ontarienne contre la pauvreté (OCAP). Suivez ses tweets à @JohnOCAP et son blog à johnclarkeblog.com.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...