Édition du 3 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Blogues

Le blogue de Pierre Beaudet

Le Canada, le bon vieil allié-subalterne

Dans quelques semaines, les élections fédérales vont avoir lieu et on invite donc les citoyens à prendre cela au sérieux et à faire leurs choix. Mais si on regarde cela d’un peu plus près, comme la politique extérieure par exemple, c’est difficile de croire à cela.

Avec le Parti conservateur, on a au moins une certaine honnêteté. Le Canada doit embarquer de plein pied dans la nouvelle guerre froide orchestrée par Washington, dixit Andrew Scheer. Il faut mener la guerre dite « commerciale » contre la Chine et la Russie, qui vise à « dompter » ces pays et à les empêcher de développer leurs secteurs stratégiques. Au Moyen-Orient, le PC s’inscrit en plein dans l’axe Israël-Arabie saoudite, pour renforcer l’occupation de la Palestine, perpétuer le massacre au Yémen et préparer la guerre contre l’Iran. Avec Scheer, c’est simple : il le pense et il le dit.

Avec le Parti libéral (PLC), cela est plus subtil. Mais en réalité, le Canada s’investit économiquement et militairement en Ukraine, question d’intimider la Russie sous prétexte de défendre la démocratie, alors que tout le monde sait que le régime ukrainien est totalement corrompu. Avec Israël, la différence entre PLC et PC est à une virgule près : d’un côté comme de l’autre, on soutient la consolidation de l’occupation et l’anéantissement du peuple palestinien. On essaie de ne pas se faire trop voir en Syrie et en Irak, mais on appuie en douce l’opération américaine. Pour Trudeau et sa ministre de choc Chrystia Freeland, la priorité est de soutenir la croisade contre le Venezuela, en laissant des dictateurs sanguinaires mettre à sac le Brésil, le Guatemala, le Honduras, la Colombie, au profit notamment d’entreprises canadiennes. Généralement, le PLC a l’intelligence de se taire, mais le silence est une forme de consentement devant les exactions commises par des « alliés » aux mains pleines de sang.

Malheureusement, dans les marges du pouvoir à Ottawa, ce n’est pas beaucoup plus réjouissant. Le NPD que Tom Mulcair a « redressé » vers la droite est devenu un fidèle partisan des « interventions humanitaires » et de la « guerre sans fin » des États-Unis, au Moyen-Orient et contre le Venezuela, entre autres. Depuis au NPD, on a biffé le mot P (pour Palestine) du vocabulaire. Parallèlement, le Bloc québécois, qui se dit le défenseur du Québec, poursuit la malheureuse stratégie entreprise depuis longtemps par le PQ pour « séduire » les États-Unis, en essayant (en vain) de convaincre l’élite américaine qu’un Québec indépendant sera en fin de compte un autre allié-subalterne des États-Unis, défenseur sans nuance des Accords dits de « libre-échange », et déterminé à maintenir un éventuel État indépendant dans la machine de guerre américaine qui s’appelle l’OTAN.

C’est pas cool comme dirait mon fils.

Il faut cependant regarder la vérité en pleine face et arrêter la romance sur le Canada « défenseur de la paix, des femmes et des orphelins ». Alors que faire, comme disait l’autre ? À court terme, il faut éviter le saccage que feraient les Trump canadiens, comme on le voit, à plus petite échelle, en Ontario. La consigne devient alors tout-contre-les-Conservateurs, quitte à voter, en se bouchant le nez, pour les autres partis. En attendant, essayons de construire des alliances pour empêcher la complicité canadienne dans la gestion de ce monde qui va à la dérive.

Pour les élections, voici quelques suggestions concernant la politique extérieure du Canada au Moyen-Orient, que vous pouvez peut-être souligner aux candidats, si vous les croisez dans la rue :

- Le Canada doit envisager des sanctions économiques contre l’État israélien pour ses violations grossières des droits du peuple palestinien et même du droit international dans ce qui constitue de facto un régime d’apartheid. Cela pourrait commencer par la suspension de l’accord de libre échange qui existe entre les deux États.

- Le Canada devrait suspendre une fois pour toutes les ventes d’armes et les échanges technologiques avec les régimes de terreur en commençant par l’Arabie saoudite. Il devrait exiger d’Israël la fin de son programme d’armements nucléaire.

- Le Canada devrait aider les Palestiniens à reconstruire leurs infrastructures, ce qui impose, en priorité, d’exiger le démantèlement de l’encerclement militaire israélien contre les territoires occupés.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Blogues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...