Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Le NPD est dirigé par une classe de consultants orientée vers la capitulation

Le pacte entre les libéraux et les néo-démocrates révèle les principes fondamentaux des conseillers sans imagination qui déterminent la direction du parti.

27 mars 2022 tiré du site The Breach

Lorsque la nouvelle de l’accord entre les libéraux et les néo-démocrates est tombée cette semaine, j’ai immédiatement pensé à une remarque faite l’automne dernier par Jennifer Howard, chef de cabinet de Jagmeet Singh et l’un des principaux négociateurs du pacte.

"La campagne n’a pas montré que, dans l’ensemble, les Canadiens étaient intéressés par un changement majeur", a-t-elle déclaré après les élections de septembre 2021. "C’est peut-être ce que les électeurs ont estimé que le message devait être. Et nous allons tous prendre ce message et faire de notre mieux pour travailler avec lui."

"Pas intéressé par un changement majeur" : c’est essentiellement le slogan de travail du Nouveau parti démocratique d’aujourd’hui. Dirigé par des agents professionnels dont la vision est plus proche de celle des agents d’autres partis que de celle des Canadiens vivant à l’extérieur de la bulle d’Ottawa, dépourvu de tout plan d’opposition cohérent ou de toute vision politique distincte pour le pays, le parti s’est contenté de concessions extrêmement vagues de la part du gouvernement libéral en échange de son soutien pendant trois ans.

Leur raisonnement peu ambitieux est le suivant : si nous pouvons " faire avancer les choses ", en améliorant légèrement les politiques que les libéraux auraient de toute façon mises en œuvre, nous pourrons au moins obtenir une certaine reconnaissance de la part de l’électorat.

Peu importe que, en termes purement électoraux, les partenaires juniors dans de tels arrangements de gouvernement ne reçoivent jamais aucun crédit lorsque quelque chose de bénéfique se produit, et reçoivent tout le blâme lorsque ce n’est pas le cas.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. Vous avez une question ? Contactez-nous ou lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Peu importe que les sondages montrent régulièrement que trois Canadiens sur quatre, après avoir vu la pandémie exposer les " vilaines vérités " sur l’inégalité sociale, s’attendent à une " vaste transformation de la société " - ce qui suggère que beaucoup sont effectivement intéressés par un changement majeur, si seulement il y avait un parti politique qui le préconise et pour lequel voter.

Et peu importe que des politiciens de droite comme Pierre Poilievre se construisent un élan politique en exploitant mieux que quiconque la colère et le mécontentement à l’égard de ce statu quo. Si ce pacte débouche sur une multiplication de l’habituelle posture progressiste des libéraux, sur une traînée de poudre en matière de politiques et sur peu de changements dans les réalités quotidiennes qui font que la moitié des Canadiens ont du mal à payer leurs factures, il servira de carburant à une fausse poussée populiste des conservateurs.

Que pourrait faire le NPD s’il voulait affronter ce moment avec audace et ambition ? Il pourrait attaquer sans relâche les libéraux en les accusant d’être les agents politiques d’une élite corporative qui s’oppose à l’imposition des riches, à des dépenses publiques importantes et à un New Deal vert, des politiques soutenues par une super majorité dans tout le spectre partisan.

Tenter de réaligner les électeurs canadiens avec un programme audacieux et électrisant pourrait permettre de récolter une grande quantité d’argent - comme Bernie Sanders a prouvé que c’était possible - de sorte que le parti n’aurait pas peur, comme c’est le cas actuellement, de forcer la tenue d’élections si nécessaire. Et si les libéraux étaient anxieux à l’idée d’une alternative visiblement et véritablement progressiste, le NPD pourrait leur soutirer plus d’argent sans renoncer à son influence. Lorsque les vents du changement soufflent de la gauche, les libéraux offrent toujours des concessions bien plus importantes.

Au lieu de cela, le NPD a passé les dernières années à concéder idéologiquement du terrain aux libéraux, plutôt que de creuser l’écart entre eux. Il suffit de penser à certaines des lignes préférées de Jagmeet Singh : "Justin Trudeau dit les bonnes choses, mais ne les met pas en pratique", ou les néo-démocrates "feront le travail pour les Canadiens". Cela leur donne l’impression qu’ils essaient simplement d’être des praticiens plus honnêtes et plus efficaces de la politique de leurs adversaires - une sorte de libéralisme "

Pas étonnant que Justin Trudeau soit ravi. Selon un rapport du Toronto Star sur les négociations avec les représentants du NPD, il a même fait remarquer à un moment donné qu’il "s’amusait trop". Comme 22 des 23 politiques décrites dans l’accord sont déjà des promesses libérales, ou des modifications ou extensions de celles-ci, les stratèges libéraux savent que l’impression laissée aux électeurs fera écho à un vieux refrain du Premier ministre St Laurent : les néo-démocrates sont des " libéraux pressés ".

Cette stratégie néo-démocrate n’est pas menée par les membres de la base du parti, ses nombreux parlementaires progressistes, ni même particulièrement par le chef. Ses principaux promoteurs sont une clique de conseillers dirigée par le chef d’état-major Howard, ancien ministre des Finances du gouvernement néo-démocrate du Manitoba, le plus consciemment modéré et centriste des partis provinciaux. Son succès repose sur le fait qu’il s’est "immunisé" contre les attaques de la droite et du secteur des affaires en abandonnant simplement toute politique traditionnelle de gauche. Les phares de Howard sont les démocrates américains du courant Biden/Clinton.

Le paradoxe est que les récentes plateformes du NPD ont été, sur le papier, les plus progressistes et les plus sociales-démocrates depuis des décennies. Mais elles ont été élaborées non pas à partir d’un engagement et d’une conviction globaux, mais sur la base d’une vague compréhension par les conseillers de la popularité croissante des politiques socialistes démocratiques insurgées ailleurs dans le monde.

La défense réelle des idées est restée tiède, tandis que la promotion de l’image de son leader est devenue de plus en plus vigoureuse. Le parti s’entête à promouvoir une personnalité tape-à-l’œil, et non des politiques de grande envergure.

Prenons l’exemple de la façon dont les dirigeants du parti ont promu avec enthousiasme un événement de jeu en ligne entre Singh et Alexandria Ocasio-Cortez, membre du congrès socialiste démocratique américain, en 2020. Mais lorsque le caucus du parti s’est vu proposer une séance d’information sur le Green New Deal - qui devait être donnée par l’un des conseillers d’AOC - Howard a rejeté l’idée. Plus tard, le député Peter Julian a été autorisé à faire campagne en faveur d’un projet de loi symbolique sur le Green New Deal sur la marge du parti - ce qui illustre parfaitement la façon dont le parti s’intéresse à des causes potentiellement puissantes, sans déployer de réels efforts pour obtenir un soutien ou un élan en leur faveur.

Les mêmes dirigeants sans imagination ont fait volte-face sur le projet de pipeline TMX qui détruit le climat. Ils ont regardé en silence le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique fouler aux pieds les droits des Wet’suwet’en. Et récemment, ils se sont rangés derrière les libéraux pour la Loi sur les urgences, inutile et qui porte atteinte aux libertés civiles, dont nous venons d’apprendre qu’il s’agissait d’un geste de négociation de bonne foi.

Sans gouvernail, sans principe et manquant toujours des occasions, le pacte actuel avec les libéraux est le point culminant de ces politiques.

La façon dont le parti s’est retrouvé dans cet état est l’histoire d’une dérive de plusieurs décennies vers le consensus néolibéral. Cela a impliqué une transformation - consolidée sous l’ancien chef Jack Layton - vers un processus décisionnel hautement centralisé, des politiques modérées et axées sur des groupes cibles, ainsi que la peur et la méfiance à l’égard des mouvements sociaux. Elle a vu la montée d’une classe de consultants, avec des conseillers et des agents qui passent par une porte tournante d’organisations comme Now Communications, qui sont un véhicule pour enraciner ce style de campagne dans chaque province.

Pour préparer le terrain, cette couche d’agents a fait obstacle à une participation significative au parti. Les conventions organisées par étapes ont vidé la démocratie du parti, la négligence des associations de circonscription a fait en sorte qu’il y a peu d’activités ou de campagnes parmi les membres tout au long de l’année, et tous les députés de gauche qui font preuve d’une réelle vision et de principes sont disciplinés ou marginalisés.

Une réalisation cynique de ce pacte est que les milliers de militants qui croient en un autre type de NPD - plus démocratique, plus audacieux et prêt à faire campagne pour une vision différente de la société - seront encore plus désenchantés et aliénés. Cela donnera du grain à moudre à ceux qui veulent croire, pour paraphraser Frederic Jameson, qu’il est plus facile d’imaginer la fin du monde que la réinvention d’un parti social-démocrate.

Il peut être réinventé. Mais il faudra un mouvement de la base et un nouveau leadership au sommet. Jusqu’à ce que cela se produise, le parti sera dirigé par une classe de consultants orientée vers la capitulation plutôt que la transformation.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...