Édition du 13 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Blogues

Les défis de la résistance populaire aux politiques d’austérité du gouvernement Couillard

Quels défis stratégiques, la résistance populaire devra-t-elle affronter pour construire un front unitaire social et politique militant et actif capable de défaire l’offensive d’austérité du gouvernement Couillard ? Voilà la question centrale des débats que nous voulons mener avec les membres du Réseau écosocialiste de la région de Québec le 22 février prochain.

Dimanche le 22 février à 19h 30 à La Korrigane.
Marie-Ève Duchesne et Pierre Mouterde assureront l’animation.

Une offensive d’austérité généralisée

L’offensive du gouvernement Couillard est généralisée, frontale, dévastatrice :

- Les 540 000 employéEs du secteur public, en santé, en éducation et en éducation, se voient promettre un gel des salaires, un alourdissement de leur tâche et une hausse de l’âge de la retraite.
- Les femmes qui constituent la majorité du secteur public sont les premières touchées par les politiques d’austérité.
- Le secteur de la santé subit une centralisation autoritaire qui confie au ministre de la santé tous les pouvoirs au mépris des personnels soignants qui oeuvrent dans ce secteur et du droit de représentation des usagères et usagers de ces services ;
- Le personnel enseignant se voit offrir une détérioration de ses conditions de travail et des conditions qui vont défavoriser la réussite scolaire. Le gouvernement libéral annonce de nouvelles coupures dans les cégeps et les universités…
- Les personnes assisté-e-s sociales devront, encore une fois, subir des coupures d’aide sociale qui n’assurent pas, à l’heure actuelle, des conditions de vie acceptables.
- Les étudiantEs du Québec voient leurs frais de scolarité au coût de la vie et leur endettement se poursuivre inexorablement. Des cours seront coupés, des services retranchés.
- Les populations des régions voient coupés leurs projets d’investissements et les organismes qui permettaient de prendre en charge collectivement de leur développement
- les patrons eux se font payer leurs infrastructures dans le cadre du Plan Nord. Les minières et les pétrolières sont les chouchous du gouvernement libéral. Pour eux, le gouvernement se fait le commis voyageur de leurs intérêts et n’hésite pas à utiliser l’argent public pour améliorer leurs profits.

Contre ces politiques d’austérité, construire un large front social est possible !

Des débats importants sont devant les forces syndicales, populaires, écologistes, féministes, et étudiantes sur la base revendicative de ce front social.
Les revendications de tous les secteurs sociaux en lutte convergent : défendre le réinvestissement dans les services publics ; défendre leur accessibilité et la gratuité en éducation et en santé ; redistribuer la richesse en réformant la fiscalité et en cassant la résistance des plus riches à payer leur part ; bloquer les projets de transport du pétrole tiré des sables bitumineux dangereux pour notre environnement ; défendre les droits démocratiques des organisations syndicales et sociales face aux décrets et aux lois spéciales qui cherchent à criminaliser la contestation sociale, résister à la centralisation bureaucratique au mépris des pouvoirs des populations des régions. Ces convergences ouvrent la possibilité de la mise sur pied d’un vaste front social contre les politiques d’austérité. Ces convergences portent l’espoir d’un printemps qui pourrait permettre d’en finir avec les multiplications des attaques du gouvernement Couillard.

Dans le mouvement étudiant, des discussions se font sur les moyens de construire la grève générale. Des préoccupations de jonction avec le mouvement syndical et les autres mouvements sociaux sont ouvertement soulevées. Les obstacles à cette jonction sont même identifiés.

Mais, dans le mouvement syndical, le discours sur le fait que de simples pressions pourront conduire le gouvernement Couillard à une ouverture au dialogue social constructif est une thèse encore largement répandue ! Pourtant, le Premier ministre ne donne aucun signe d’ouverture. Au contraire. Cela illustre toute la mesure de l’ampleur du combat qui est devant nous pour bloquer les politiques d’austérité. Le centre du débat est là ?

Les choix stratégiques qui sont devant nous pour faire reculer au gouvernement Couillard

Au niveau des moyens qui seront nécessaires pour faire reculer le gouvernement Couillard, les débats ne sont pas moins cruciaux.

- Peut-on sérieusement écarter d’emblée des moyens d’action comme la grève ?
- Une mobilisation plus importante encore que celle que l’on a connue jusqu’ici est-elle possible et à quelles conditions ?
- La perspective d’une action de grève sociale du premier mai est-il un objectif crédible et capable de rallier tous les membres du front social ?
- Comment se préparer à l’adoption d’une loi spéciale obligeant le retour au travail des syndiquéEs ?
- La défaite des politiques d’austérité de Couillard est-elle possible si une perspective d’une grève générale reconductible est écartée ?
- Que peut faire un parti politique comme Québec solidaire dans le cadre de la lutte contre l’austérité ? A-t-il à soutenir des stratégies de mobilisation comme celle de grève sociale ?
- Doit-il appeler à la démission du gouvernement Couillard qui a été élu sous un mandat carrément trompeur ?
- Quel programme de gouvernement Québec solidaire doit-il proposer pour sortir de la crise et quelle alliance doit-il proposer aux mouvements sociaux si la crise politique engendrée par la résistance populaire conduit à la démission du gouvernement ?

Voilà des questions que veut soulever le Réseau écosocialiste durant cette soirée, à la lumière, particulièrement des débats qui vont s’amplifier dans les différents acteurs sociaux impliqués dans cette résistance populaire aux politiques d’austérité du gouvernement Couillard.

Sur le même thème : Blogues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...