Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Conseil national de Québec solidaire : un événement pensé et conçu uniquement en fonction de la campagne électorale

Nous sommes un parti politique, de gauche, de surcroît, notre fonctionnement est basé sur la démocratie participative et décisionnelle. C’est le parti et ses membres qui doivent prendre position sur les orientations politiques et le caucus parlementaire doit les appliquer. On voit depuis un moment cet espace démocratique rétrécir et le pouvoir de l’aile parlementaire augmenter.

Le premier enjeu d’importance a débuté avec la présentation par Gabriel Nadeau Dubois d’une motion d’urgence concernant la loi 96 :

Considérant l’importance de protéger le français au Québec ;

Considérant la nécessité de lutter sans compromis contre toutes les formes d’inégalités et de discriminations systémiques ;

Que Québec solidaire dénonce la disposition du projet de loi 96 qui, en imposant un délai arbitraire de 6 mois pour obtenir des services en une autre langue que le français, ajoute un obstacle à l’inclusion et l’intégration des nouveaux arrivants au Québec.

Que Québec solidaire dénonce le refus du gouvernement du Québec de faire suite aux revendications des peuples autochtones en matière de langue, notamment dans le projet de loi 96 ;

Que Québec solidaire s’engage formellement à revenir sur ces décisions dès son arrivée au pouvoir ;

Que Québec solidaire réitère ses engagements en matière de reconnaissance officielle et de protection des langues autochtones, à savoir :

1) reconnaître officiellement, dans le cadre d’un dialogue de nation à nation et en étroite collaboration avec les Premières Nations et les Inuit, un statut particulier pour leurs langues ancestrales ainsi que les droits linguistiques qui y sont rattachés.

2) créer un office destiné à soutenir la revitalisation, la réappropriation, la promotion et l’enseignement des langues traditionnelles et des savoirs ancestraux.

Que dès maintenant et lors de la campagne, les candidats, candidates et porte-paroles de Québec solidaire s’assurent de mettre à l’avant-plan ces engagements électoraux.

La direction de QS, si on peut le dire ainsi, a réagi rapidement à la pression qui s’exprimait non seulement parmi les membres, mais également dans la population auprès de certains bureaux de comtés de QS. Cette résolution avait le double avantage de calmer la grogne, il était difficile de s’y opposer, tout en ne signifiant rien de substantiel. Cette résolution ne condamne pas la loi, elle ne souligne pas son objectif premier qui est de cibler les populations immigrantes. D’ailleurs François Legault a clarifié cet aspect lors du Conseil national de la CAQ en affirmant que le Québec allait devenir une autre Louisiane avec la menace d’immigration.

Cette résolution ne blâme aucunement le gouvernement, elle dénonce deux dispositions, soit le délai limité à 6 mois pour obtenir des services en une autre langue que le français pour les nouveaux arrivants et son refus des revendications des peuples autochtones. Québec solidaire s’engage ainsi à revenir sur ces décisions dès son arrivée au pouvoir.

Le PL 96 a été déposé il y a un an en mai 2021 et le début de son examen par l’Assemblée nationale a débuté il y a huit mois. Pour la première fois de son histoire, un grand enjeu de société comme celui de l’usage du français n’a pas fait l’objet d’une décision en instance nationale de QS. Comme nous l’avons fait récemment en ce qui concerne la laïcité et la loi 21, ou en ce qui concerne notre position sur les alliances électorales. Nous sommes un parti politique, de gauche, de surcroît, notre fonctionnement est basé sur la démocratie participative et décisionnelle. C’est le parti et ses membres qui doivent prendre position sur les orientations politiques et le caucus parlementaire doit les appliquer. On voit depuis un moment cet espace démocratique rétrécir et le pouvoir de l’aile parlementaire augmenter.

Cette résolution et le temps imparti ne permettaient pas de faire une réelle réflexion. Si elle visait à évacuer le mécontentement, elle n’a pu cependant empêcher bon nombre de militants et militantes d’exprimer leur opposition à cette loi qui de toute évidence est à l’opposé des valeurs de Québec solidaire. « Je pense qu’on est tombés dans le piège » en appuyant un projet de loi qui « s’attaque particulièrement aux immigrants et aux peuples autochtones » a martelé une militante, Hélène Bissonnette. Sam Boskey de l’association Notre-Dame-de-Grâce a indiqué qu’il trouve très décevant que personne n’ait pensé que ça valait la peine de consulter la base militante avant de se prononcer. La candidate de QS dans Bonaventure, Catherine Cyr Wright, s’est dite « déçue » de l’appui du parti au projet de loi. David Touchette, porte-parole de Québec solidaire Montréal, a vivement dénoncé le positionnement pris par l’aile parlementaire.

La résolution présentée par Gabriel Nadeau-Dubois ne modifie pas la position adoptée par l’aile parlementaire ni ne propose une réflexion plus approfondie. Pour monsieur et madame tout le monde, Québec solidaire aura appuyé la CAQ. Indiquer que Québec solidaire s’engage formellement à revenir sur ces décisions dès son arrivée au pouvoir est quelque peu cynique. On se prononce en faveur de la loi à l’Assemblée nationale pour ensuite indiquer qu’on la modifiera une fois élu.

Il aurait à tout le moins nécessaire que cette résolution soit distribuée avec les documents lors de l’inscription le matin afin d’avoir un minimum de temps pour en prendre connaissance. Il en va de même pour les autres discussions qui ont eu lieu concernant la stratégie électorale, mais plus particulièrement le rapport de l’aile parlementaire. Au CN l’an dernier ainsi que l’année précédente nous avions reçu un rapport écrit assez exhaustif, mais qui tout de même permettait de garder une trace de ce qui a été fait et de s’y référer. Un rapport-spectacle peut sembler stimulant, mais il n’aide pas les militants et militantes à réfléchir à notre bilan parlementaire et à la stratégie utilisée.

Un Conseil national sert également à recevoir le rapport du Comité de coordination national, qui constitue la direction politique élue, comme ce fut le cas chaque année jusqu’au CN de mai l’an dernier. S’il était impossible de le faire cette année, cela aurait dû être mentionné.

Ce Conseil National avait été pensé et conçu uniquement en fonction du lancement de la campagne électorale. Les comités électoraux prendront bientôt le relais des comités exécutifs d’associations ainsi que du Comité de coordination national. C’était la dernière occasion avant l’automne prochain d’avoir une discussion politique concernant notre bilan de travail et notre stratégie.

Au final, la question qu’il faut se poser, l’appui de l’aile parlementaire à la loi 96 est-il la bonne stratégie pour s’opposer au nationalisme identitaire de Legault et à la montée de la droite. Lors de ses récentes déclarations, Legault a affirmé que la maîtrise de l’immigration est une question de survie et il en fera un thème central de la campagne électorale. Dans son discours d’ouverture, Françoise David elle-même a fait une mise en garde dans ce sens : « Il faut s’attendre à ce que la définition même de la nation soit au cœur de la prochaine campagne ». De toute évidence, l’orientation adoptée par l’aile parlementaire rendra difficile la promotion de notre projet de Québec souverain et inclusif. À nous de nous assurer que la campagne électorale soit bien ciblée sur cet objectif.

André Frappier

Militant impliqué dans la solidarité avec le peuple Chilien contre le coup d’état de 1973, son parcours syndical au STTP et à la FTQ durant 35 ans a été marqué par la nécessaire solidarité internationale. Il est impliqué dans la gauche québécoise et canadienne et milite au sein de Québec solidaire depuis sa création. Co-auteur du Printemps des carrés rouges pubié en 2013, il fait partie du comité de rédaction de Presse-toi à gauche et signe une chronique dans la revue Canadian Dimension.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...