Édition du 21 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Blogues

Le blogue de Donald Cuccioletta : La Gauche américaine en 2020 : Stratégies et perspectives

La bourgeoisie américaine met tout en œuvre pour détruire les forces progressistes et socialistes au sein du Parti démocrate

Dans un blogue antérieur, que j’ai écrit peu de temps après la venue au pouvoir de Joe Biden, j’ai indiqué que la lune de miel des progressistes et des socialistes au sein des démocrates tirait à sa fin. Cette lune de miel est maintenant révolue, et la lutte de classes est revenue au centre du processus électoral américain. Dans sa première année, Joe Biden a tenté de se présenter comme un progressiste, même si tous les observateurs et toutes les observatrices savent, depuis son élection comme sénateur du Delaware, qu’il est plutôt de centre droit.

C’est pour cette raison que le Sénateur Bernie Sanders a lutté très fort, au sein du caucus des démocrates, pour être nommé sur la commission budgétaire. Aussitôt élu président, Biden a refusé le « Green New Deal », il a fait des compromis avec l’industrie pétrolière, il a divergé sur la question des changements climatiques et il a voulu, avec son plan d’infrastructure, se conformer aux attentes des républicains. Sans Sanders, qui a tiré Biden sur sa gauche, le plan d’infrastructure n’aurait pas passé avec le montant voté.

Avec Ocasio-Cortez et son « Squad » à la Chambre des représentants, les démocrates sentent la pression de maintenir minimalement une illusion de progressisme. Ceci déplaît à Nancy Pelosi, qui prétend elle aussi être progressiste, mais qui est de centre droit comme Biden. Pelosi mène une guerre contre tous les éléments progressistes et socialistes dans le caucus des représentants démocrates, en écartant le « Squad » des débats chauds et en organisant des fonds électoraux pour les élections de mi-mandat de 2022 afin d’arrêter Ocasio-Cortez, le « Squad » et les progressistes qui ont obtenu des sièges à la Chambre et dans l’appareil municipal des grands centres urbains. À Chicago, la direction du Parti démocrate fera tout en son pouvoir pour renverser la coalition progressiste et socialiste qui contrôle le conseil municipal. Les rumeurs circulent à Chicago que même Obama pourrait se mettre de la partie. Il ne faut pas oublier que c’est grâce à Mme Pelosi que l’Obamacare a passé à la Chambre et au Sénat, avec son pouvoir politique au sein du Parti démocrate.

Nous avons vu récemment, avec les primaires pour les élections à la Ville de New York, comment six candidats et candidates afro-américains-e-s qui se présentaient à divers postes ont perdu contre des candidatures choisies par la direction du Parti démocrate. La prochaine étape est de déloger les six progressistes qui siègent sur le conseil de la Ville de New York aux élections prévues en novembre 2021.

Les attaques de la part d’Amazon et de son PDG, Jeff Bezos, contre Kshama Sawant découlent de la lutte qu’elle a menée pour augmenter les impôts contre Amazon. Cette attaque contre la conseillère municipale socialiste à Seattle est aussi dirigée, comme nous l’avons déjà vu, contre la lutte pour syndiquer les travailleurs et les travailleuses d’Amazon à Bessemer en Alabama, ainsi que contre toutes les luttes et contre l’ensemble des leaders progressistes et socialistes qui osent non seulement se mobiliser contre Amazon, mais aussi contre toute la bourgeoisie américaine.

Bezos et les pions des démocrates au sein du conseil municipal de Seattle veulent non seulement déloger Mme Sawant du conseil municipal, mais veulent aussi la destituer de tout poste politique dans l’État de Washington. On l’accuse d’avoir dirigé l’occupation du centre-ville de Seattle, mais aussi d’avoir donné sa passe numérique aux manifestants et aux manifestantes pour ouvrir la porte de l’Hôtel de Ville et occuper la salle du conseil. Nous voyons ici un parallèle entre les actions menées au Capitole à Washington, considérées par l’administration Biden comme des actions de sédition, et les actions à l’Hôtel de Ville de Seattle, avec la présupposition que c’est Mme Savant qui était au cœur de cette action de sédition.

De l’autre côté du pays, India B. Walton, une infirmière afro-américaine et militante communautaire de 38 ans, a gagné la primaire démocrate pour le poste de la mairie de Buffalo, la deuxième plus grande ville dans l’État de New York. Elle se définit comme une socialiste et a battu Byron Brown, le maire de Buffalo, proche de la direction du Parti démocrate de l’État de New York et grand ami de Andrew Cuomo, gouverneur qui vient de démissionner à la suite des accusations de harcèlement sexuel portées contre lui par douze femmes qui travaillaient dans différents postes au sein de son administration. Mme Walton a gagné par une marge de 7 %.

L’élection pour la mairie est prévue pour janvier 2022, et il semble que Mme Walton, dans un état prodémocrate, va remporter la victoire. Si elle gagne la mairie, elle sera la première femme afro-américaine maire de Buffalo, et aussi la première mairesse socialiste depuis Frank Zeidler, le maire socialiste de Milwaukee qui a démissionné en 1960, et aussi depuis l’élection de Bernie Sanders comme maire de Burlington en 1981.

Depuis sa victoire, le Parti démocrate de l’État de New York, avec l’appui du Gouverneur Andrew Cuomo avant sa démission, vérifie la possibilité de prolonger le mandat de Byron Brown pendant un an, afin d’entamer des procédures contre Mme Walton pour corruption. Nous voyons ici comment le Parti démocrate, dans ce cas-ci de l’État de New York, est prêt à défendre un des piliers du parti et de la bourgeoisie américaine contre une femme victorieuse qui se dit socialiste et qui a été soutenue dans la primaire par le DSA (Democratic Socialists of America) et le Working Families Party de l’État de New York.

En plein cœur des États-Unis, il y a eu une élection spéciale pour remplacer le poste vacant tenu par un démocrate à la Chambre des représentants en Ohio, mais plus particulièrement dans la ville de Cleveland, connue pour être prodémocrate. La candidate que les observateurs et observatrices surveillaient de très près était Nina Turner, soutenue et appuyée par Bernie Sanders. Mme Turner se dit progressiste et voulait mettre de l’avant un programme basé sur le « Green New Deal » avancé par Mme Ocasio-Cortez, qui l’appuie également. Elle menait dans les sondages jusqu’à la dernière semaine de l’élection, avant que la direction nationale du Parti démocrate se mette de la partie.

Mme Turner a déclaré que si elle était élue, elle souhaitait travailler étroitement avec Mme Ocasio-Cortez et son « Squad » afin d’ouvrir davantage le Parti démocrate aux éléments progressistes de la société américaine. Évidemment, ceci n’a pas plu à la direction nationale du Parti démocrate et à Mme Pelosi.

Subitement, nous avons vu apparaître les gros canons du Parti, comme Hilary Clinton, qui ont soutenu la candidate choisie par la direction du Parti, soit Shontel Brown. Mme Clinton a déclaré qu’elle était fière de soutenir une Afro-Américaine féministe et une femme loyale au Parti de Joe Biden. Dès le début de la campagne présidentielle, Mme Brown a appuyé Biden. Sa propre campagne pour le poste en Ohio tournait autour de sa grande appréciation de Joe Biden et son intention d’être une fidèle de Biden à la Chambre des représentants.

Le « Black Caucus », soit les Afro-Américain-e-s élu-e-s à la chambre et au sénat, fidèles au Parti démocrate depuis John F. Kennedy et maintenant à Joe Biden, ont appuyé Mme Brown, en déclarant que Mme Turner était trop à gauche pour défendre les Afro-Américain-e-s. Ceci était aussi un clin d’œil aux erreurs de Sanders vis-à-vis la communauté afro-américaine. Tous ces bons discours correspondaient à ce que les grands donateurs voulaient entendre pour ouvrir leurs bourses, et l’argent s’est alors dirigé vers la campagne de Mme Brown, et ce, malgré le fait que le New York Times avait mis en question l’honnêteté de Mme Brown dans une affaire de corruption. Hé oui ! Mme Brown a gagné quand même. La direction nationale du Parti démocrate a gagné, et la bourgeoisie américaine du côté démocrate a gagné aussi. Quelle belle démocratie aux États-Unis, n’est-ce pas ? Biden peut maintenant continuer sans crainte à se pavaner à travers le monde en parlant de sa belle démocratie américaine.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Blogues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...