Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Les locataires de Parc-Extension se mobilisent contre les évictions en vue du 1er juillet

Deux semaines avant le 1er juillet, les résident.e.s de Parc-Extension ont pris la rue en voiture et à vélo dans le cadre d’une caravane pour dénoncer les évictions et exiger des mesures d’urgence à l’approche du 1er juillet.

Les participant.e.s à la caravane ont sillonné les rues de Parc-Extension en klaxonnant, en faisant du bruit et en scandant des slogans. D’autres ont déployé des bannières, ont frappé des casseroles et ont organisé des actions sur leurs balcons. La caravane visait à envoyer un message de solidarité aux locataires de Parc-Extension, dont beaucoup peinent à trouver un logement décent et abordable.

« Rappelons que Parc-Extension était déjà confronté à une crise du logement avant le début de la pandémie  », a déclaré Amy Darwish, organisatrice communautaire au Comité d’action de Parc-Extension (CAPE). « Plusieurs locataires à la recherche d’un logement font face à des reprises de logement, des évictions, des rénovations majeures, ou ont choisi de ne pas renouveler leur bail en raison d’harcèlement de la part de leurs propriétaires ».

Avec la reprise des audiences à la Régie du logement et la levée graduelle du moratoire sur les expulsions, de nombreux locataires seront contraint.e.s de chercher un logement dans un contexte où les loyers sont élevés, les visites difficiles et où de nombreux propriétaires ont recours à la discrimination. Alors que le taux d’inoccupation était déjà à son plus bas niveau depuis quinze ans, la crise de la COVID-19 exerce des pressions supplémentaires sur le marché locatif. Plusieurs locataires pourraient se retrouver à la rue cet été, tandis que d’autres n’auront pas d’autre choix que d’accepter des logements trop petits, trop chers ou en mauvais état. Bien que la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, ait annoncé cette semaine un plan d’action, comprenant 1 800 suppléments au loyer et un soutien d’urgence aux municipalités, le CAPE craint que ces mesures ne soient pas suffisantes.

« Bien que l’annonce de subventions au loyer supplémentaires soit une bonne nouvelle, aucune de ces mesures ne s’attaque aux évictions », a déclaré Amy Darwish, du CAPE. « Nous demandons un prolongement du moratoire sur les expulsions. Aucun et aucune locataire ne devrait se retrouver à la rue en pleine crise de santé publique, ou après ».

Les participant.e.s ont appelé le gouvernement Legault à investir massivement dans le logement social, afin de répondre à la crise du logement sur le long terme. Ils et elles ont également demandé des mesures d’urgence supplémentaires, notamment une garantie de logement d’urgence et un financement pour aider les locataires à déménager ou à entreposer leurs biens dans toutes les municipalités.

Comité d’action de Parc-Extension

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...