Édition du 13 octobre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le Monde

Pas de JO ni à Tokyo en 2021 ni à Paris en 2024

La tenue des Jeux Olympiques au Japon en 2021 et à Paris en 2024 est une insulte aux peuples victimes des contaminations radioactives perpétrées par les nucléocrates, des expulsions et de la répression exercée sur les habitants des quartiers pauvres.

tiré de : [news_coordination_antinucleaire_sudest] la lettre d’information de la Coordination antinucléaire du sud-est (France) du 8 juin 2020
Par Rédaction le vendredi 5 juin 2020, 14:46
http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2020/06/05/Pas-de-JO-ni-a-Tokyo-en-2021-ni-a-Paris-en-2024

Un peu partout dans le monde, et en France, des collectifs de résistance se constituent pour faire échec à la tenue des J.O alors que la crise sociale, sanitaire et économique frappe de plein fouet les populations. Il est temps que ce vieux monde de compétition et de prédation disparaisse. Nous ne pouvons pas prétendre entrer dans le monde d’après en poursuivant les errements du monde d’avant.

La tenue des Jeux Olympiques à Tokyo en 2021 (reportés pour cause de pandémie) et à Paris en 2024 est-elle judicieuse ?

2021 : Non aux JO au Japon

A Tokyo et au Japon, notamment sur le parcours des jeunes athlètes devant traverser la région sinistrée et radioactive de Fukushima, la question ne mérite pas débat. Ce serait un crime contre les sportifs et les spectateurs que de les exposer au danger mortel au nom de la mystification idéologique que dorénavant tout va bien après la catastrophe nucléaire qui a débuté le 11 mars 2011. Neuf ans plus tard, la situation continue d’être alarmante avec des niveaux de radioactivité et une contamination des sols et de la mer faramineuse. Les réacteurs atomiques en perdition continuent de cracher leur sinistres rejets. Et cela va durer encore bien des années tandis que les territoires demeureront invivables pour des décennies, voir des siècles. Pourtant la nucléocratie internationale et nippone, tout comme ce fut le cas à Tchernobyl dès le début de la catastrophe nucléaire débutée le 26 avril 1986, tente de nier la réalité et veut obliger la population à vivre en zone contaminée pour de sordides raison de business, financière et de pouvoir sur les peuples. Le budget initial de 7.3 billion de dollars voisinera en fait, si les JO ont lieu, les 25 billion de dollars.On parle d’ailleurs d’un énorme pot-de-vin versé par le Comité de candidature olympique du Japon au CIO et à des intermédiaires.

2020-2021_Olympic-kill-poor.jpgCynique, le 4 septembre 2013, lors de la conférence de presse à la session du Comité international des Jeux olympiques (CIO) à Buenos Aires, le président Tsunekazu Takeda a osé déclarer que les effets des fuites radioactives n’avaient affectés qu’une seule personne à Tokyo. En parallèle, le Premier ministre Shinzo Abe a affirmé la main sur le coeur au CIO : « À Fukushima, permettez-moi de vous assurer que la situation est sous contrôle. Cela n’a jamais fait ou ne fera aucun dommage à Tokyo. » Il est vrai que des intérêts énormes comme des risques judiciaires sont en jeu d’autant que le gouvernement métropolitain de Tokyo est le principal actionnaire de TEPCO, l’entreprise responsable (avec Areva qui a fournit le combustible "Mox") de la catastrophe nucléaire.

Et le pouvoir politico-économique japonais exerce une répression contre tout opposant et contre les populations modestes de Tokyo. Les habitants des logements sociaux de Kasumigaoka ont déjà été expulsés afin que la démolition de leurs bâtiments laisse place aux infrastructures pour les jeux olympiques. Dans plusieurs quartiers de la ville, depuis 2013, à l’occasion de la visite du CIO, le gouvernement de Tokyo a expulsé de force des sans-abri et d’autres personnes des espaces publics. Les Jeux Olympique exerce donc une violence contre les populations au nom de "jeux pour la Paix".

2020-2021_No-Olympic-Tokyo.pngPartout au Japon et à travers le monde s’organise la résistance et le refus, des artistes se mobilisent et se fédèrent dans le Conseil anti-olympique artistiques, des citoyens japonais se dressent contre la tenue des J.O et se regroupent autour de People Against the Olympics/a.k.a. HanGorin No Kai (Les gens contre les Jeux olympiques) qui déclarent : "Du fond du cœur, nous exprimons notre mépris et notre condamnation aux personnes impliquées dans le comité de candidature de Tokyo 2020, au JOC, au gouvernement métropolitain de Tokyo, au gouvernement du Japon et aux membres du CIO pour leur participation à cette campagne de violence irréfléchie."

Pas de J.O à Tokyo en 2021 est une exigence morale, humaniste et de solidarité avec les victimes de la catastrophe, les déplacés, les expulsés.

2024 : Non aux JO en France

Pour les JO programmés à Paris en 2024, les deux mois de confinement de la population et l’ajout d’une crise sociale et économique à la crise sanitaire ne peuvent que justifier leur annulation. Il y a bien d’autres priorités à traiter que d’investir des millions d’euros dans une kermesse sportives basée sur la compétition et l’affrontement. D’ailleurs presque plus aucun pays n’en veut. La pandémie a révélé une crise sanitaire sans précédent du fait du manque de moyens des services publics de santé, des délocalisations de la production du matériel de base sanitaire, des restriction et sous-valorisation des personnels soignants. Les plus touchées par cet état de fait sont les populations les plus démunies et les plus fragiles avec des conséquences sociales et économiques qui aggravent encore plus les inégalités.

Pierre-de-Coubertin.jpgL’association « Non aux JO 2024 à Paris » (1) et différentes associations/collectifs engagés pour la préservation des territoires urbains et ruraux comme des paysages, contre le harcèlement publicitaire et pour le droit à la ville et au logement, dénoncent cette folie pseudo-sportive qui repose avant tout sur le pouvoir de la finance et des multinationales. Ces événements sport/spectacle apparaissent obsolètes et peu compatibles avec les changements qui doivent être opérés dans les modes de vie capable d’assurer le « monde de demain » en rupture avec « le monde d’avant » de prédation et de compétition.

Le collectif exige du gouvernement l’annulation des Jeux Olympiques prévus à Paris en 2024. Une pétition « Plus que jamais, non aux JO ! » est ouverte à signature ici https://nonauxjo.org/petition/org/non-aux-jo/plus-que-jamais-non-aux-jo .

__

(1) Non aux JO 2024 à Paris avec : Résistance à L’Agression Publicitaire , Droit Au Logement , Mouvement Utopia , Collectif pour Le Triangle de Gonesse , AVL3C -Vexin Zone 109, Collectif Terres Communes, Collectif Citoyen "Notre Parc N’est Pas à Vendre"- Parc Georges-Valbon-La-Courneuve , Collectif Droit à la Belle Ville , Sites & Monuments , les Comités locaux ATTAC de Paris Centre, Paris Nord Ouest, Paris 12ème, Paris 13ème, Paris 15ème, Paris 19 et 20ème, 93 Sud , Hangorin No Kai NO OLYMPICS 2020 ( Tokyo) et NOlympics LA (Los Angeles) ,

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le Monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...