Édition du 6 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Prochain budget du Québec Des investissements nécessaires pour le logement social destiné aux femmes victimes de violence conjugale

Montréal, le 28 février 2021 —À une semaine de la journée internationale des droits des femmes et à la suite de trois féminicides en contexte conjugal en moins de 3 semaines, ayant arraché à la vie Elisapee Angma, Marly Edouard et Nancy Tremblay, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et l’Alliance des maisons de 2^eme étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2) lancent un cri du cœur pour le droit au logement des femmes victimes de violence conjugale, particulièrement mal prises en contexte pandémique et de pénurie de logement.

Lors d’une conférence de presse, les deux regroupements ont sommé le gouvernement Legault de réagir en annonçant dès son prochain budget, les sommes nécessaires à un grand chantier de logements sociaux et le déblocage de 106 unités en maisons d’hébergement de 2ème étape, en attente d’approbation depuis 1 an et demi.

Alors que la pénurie de logements locatifs et la hausse importante du coût des loyers qui en découle avaient déjà de graves conséquences pour les femmes locataires, la pandémie a encore plus mis à mal leurs conditions de vie en les précarisant davantage. Leur accès à un logement qu’elles sont capables de payer et où elles peuvent vivre en sécurité, dans la paix et la dignité a également été limité. « Les dernières données statistiques le confirment : non seulement la pandémie a durement affecté la participation des québécoises au marché du travail mais en plus, la crise du logement ne se résorbe pas. Déjà en 2016, c’était plus de 248 000 ménages locataires dont le principal financier était une femme qui dispensaient plus de 30% de ses revenus pour se loger, avec un revenu annuel médian de seulement 19 624 $. Alors que les loyers explosent, on peut se demander comment font les femmes aujourd’hui et particulièrement celles victimes de violence conjugale », s’inquiète Céline Magontier, responsable des dossiers Femmes au FRAPRU.

Selon une étude menée par Hébergement Femmes Canada, plus d’une maison d’hébergement sur deux constate une augmentation de la gravité de la violence subie par les femmes canadiennes qu’elles desservent depuis le début de la pandémie. Déjà pour l’année 2019-2020, le taux de refus des demandes d’hébergement auprès des maisons membres de l’Alliance MH2 atteignait 75% à Montréal et 37% dans les régions où le service existe. « Le manque à combler est énorme. Au-delà des refus dans les régions où les services existent, les régions administratives de la Mauricie, de Lanaudière, des Laurentides, de l’Outaouais et de l’Abitibi-Témiscamingue ne sont carrément pas desservies. C’est inacceptable ! Quand on sait que tous les 10 jours une femme est victime d’une tentative de meurtre dans un contexte conjugal au Québec, c’est outrageux de voir que le gouvernement tolère d’aussi grands vides de services pour les victimes de violence conjugale ! », s’insurge Gaelle Fedida, coordonnatrice politique de l’Alliance MH2. « C’est pourquoi il est primordial de débloquer les 106 unités de logement social pour femmes en 2eme étapes, coincées dans la machine depuis un et demi ! Ces délais sont aberrants alors que le gouvernement Legault reconnaît les maisons d’hébergement de 2^e étape comme une ressource essentielle pour garantir la sécurité des femmes et des enfants victimes de violence conjugale et que la ministre de l’Habitation, Andrée Laforest, a répété à plusieurs reprises que l’habitation est une priorité de son gouvernement  », ajoute Madame Fedida.

Selon les deux regroupements, non seulement ces 106 unités doivent être débloquées dès le prochain budget Girard, mais celui-ci doit également comprendre un grand chantier de logements sociaux. « Que ce soient les HLM, les coopératives ou encore les OSBL d’habitation, les femmes sont grandement majoritaires parmi les locataires de logements sociaux du Québec. Le logement social, pour les femmes, c’est essentiel ! », explique Céline Magontier. Or, seules 66% des femmes suite à leur séjour en maison de 2eme étape au Québec ont trouvé un logement correspondant à leur capacité de payer en 2019-2020. Sur ce nombre, 45% vivent en logement social et seulement 21% en logement régulier. « Si rien n’est fait, faute de logements abordables disponibles, de trop nombreuses femmes vont continuer à être prisonnières de leur bourreau et voir leur vie mise en danger. Ceci est d’autant plus vrai dans un contexte de confinement qui limite l’accès des femmes aux lignes d’aide, puisque sous le regard constant de leur agresseur. Ça prend du logement social et vite !  », martèle la porte-parole de l’Alliance.

Alors qu’il en manque cruellement, les nouveaux logements publics, sans but lucratif et coopératifs se réalisent au compte-goutte depuis quelques années. En tout et pour tout, seulement 1 019 logements sociaux ont été construits l’an dernier. « C’est trop peu considérant les besoins. Ce manque de financement chronique a des conséquences directes sur la capacité de ces femmes à s’en sortir et s’avère même dévastateur pour certaines d’entre elles. Il en va de la responsabilité de la CAQ d’inverser la tendance. Le logement social est la seule formule qui assure aux femmes à faible et modeste revenu des logements décents et sécuritaires rencontrant leur capacité de payer, ce que le marché privé ne permet pas à l’heure actuelle », conclu Céline Magontier, réitérant la demande qu’un chantier de 50 000 logements sociaux en 5 ans soit annoncé dès le prochain budget du Québec, ainsi que la livraison des 106 unités de deuxième étape coincées depuis un an et demi.

Qui sommes-nous ?

Le Front d’action populaire en réaménagement urbain est un regroupement national pour le droit au logement. Le FRAPRU est aussi actif sur les enjeux d’aménagement urbain, de lutte contre la pauvreté et de justice sociale. Il est présentement composé de quelque 140 groupes membres.

L’Alliance des maisons de 2^eme étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale regroupe et représente les maisons d’hébergement de 2e étape qui offrent aux femmes, avec ou sans enfants, des services spécialisés en violence conjugale post séparation par l’entremise de logements transitoires sécuritaires. En 2019, les 24 membres de l’Alliance ont hébergé 512 personnes (223 femmes et 289 enfants) en danger de violence conjugale postséparation dans un parc total de 119 logements et 21 chambres

Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale

L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale regroupe 20 maisons réparties dans 10 régions du Québec.

www.alliance2e.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...