Édition du 13 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Opinion

Autre réplique à Mario Roy

Une crise avant tout environnementale

Dans votre éditorial du 6 mai, vous affirmez que "le capitalisme ne
disparaîtra pas parce qu’il n’existe rien dans le monde réel à mettre à la
place" ; vous répétez ainsi le message que l’on martèle depuis des années,
après Mme Thatcher : "There is no alternative". Malheureusement, à force de
se l’entendre dire, les gens en viennent à y croire et à baisser les bras.

C’est justement le défi que s’est donné Québec solidaire de mettre de
l’avant d’autres solutions que celles qui consistent à donner aux riches les
moyens de toujours s’enrichir davantage.

La crise que nous vivons n’est pas que financière : elle est d’abord et
avant tout environnementale, et les mesures pour la conjurer devront en
tenir compte. Tous les efforts que les gouvernements font pour relancer la
consommation — en sauvant l’industrie de l’auto, en ouvrant des marges de
crédit aux banques pour qu’elles prêtent davantage à des gens surendettés,
en lançant des mégaprojets de construction — tout cela n’a pas de sens
quand on sait que déjà nous consommons davantage que ce que la planète peut
nous donner de façon durable. Toutes les décisions qui se prennent
actuellement devraient tenir compte de ce fait ; et les mesures proposées par
Québec solidaire, bien loin pourtant d’être révolutionnaires, répondent à ce
critère : construire des logements sociaux, améliorer les transports
collectifs, créer des emplois dans le recyclage, etc.

M. Roy, vous dites que "tout changement s’incrira forcément à
l’intérieur" du cadre général du capitalisme. Il est vrai que les mesures
préconisées par Québec solidaire ne constituent pas une rupture radicale
avec le capitalisme. Elles permettraient cependant d’aider l’ensemble de la
population à mieux vivre et à commencer à oeuvrer sérieusement à résoudre la
crise environnementale qui déjà perturbe la planète, même si nos dirigeants
continuent à la nier.

Serge Mongeau
écrivain

Mots-clés : Opinion
Serge Mongeau

Serge Mongeau est écrivain ; il vient de diriger un collectif qui a publié, aux Éditions Écosociété, Objecteurs de croissance. Pour sortir de l’impasse : la décroissance. Il est membre du Mouvement québécois pour une décroissance conviviale.

Sur le même thème : Opinion

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...