Édition du 17 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Face pour face

C’est devenu une ligne éditoriale bien établie parmi la plupart des commentateurs et commentatrices du Journal de Montréal : la dénonciation à répétition de ce qu’on qualifie de "courant woke" ou encore de "cancel culture", censée menacer la liberté d’expression, voire la démocratie elle-même. Rien de moins !

Le dernier exemple en date remonte au 11 janvier 2022 sous la plume de Denise Bombardier. Dans un billet intitulé : "On veut nous ramener à la tribu", elle commente la nomination de la comédienne britannique Helen Mirren dans le rôle-titre du film "Golda", une biographie de l’ancienne première ministre d’Israël, Golda Meir. Le choix de cette actrice a provoqué une polémique qui dure encore entre ceux et celles qui auraient préféré que le réalisateur israélien Guy Nattiv retienne plutôt une actrice juive pour le rôle, et les autres qui jugent qu’il pouvait revenir sans problème à une Britannique. Bombardier affirme :

"La décision du réalisateur israélien Guy Nattiv de choisir l’actrice britannique pour incarner l’ancienne première ministre d’Israël a été vivement critiquée par Maureen Lipman, une célèbre actrice anglaise, elle-même juive. Selon cette dernière, maquiller une actrice non juive pour interpréter un personnage juif, c’est-à-dire faire un "Jewface" est l’équivalent de faire une "Blackface" : les deux pratiques sont profondément racistes".

Bien sûr, Denise Bombardier approuve le choix de Nattiv, même si elle n’est sûrement pas opposée à la candidature d’une juive. Elle fait un parallèle entre le spectacle SLAV monté en 2018 à Montréal par Robert Lepage. Des Noirs avaient alors manifesté leur indignation que des Blancs aient été choisis pour interpréter des chants d’esclaves noirs. Elle conclut :

"Où allons-nous, grands dieux, emportés que nous sommes dans ce déchaînement woke qui nous renvoie à nos tribus, à nos clans, à notre fermeture au monde ?".

Convenons d’abord que le courant woke pose un certain problème à la gauche. Mais par ailleurs, ce courant ne constitue certainement pas la principale menace à la démocratie. Il suffit d’observer ce qui se passe en ce moment aux États-Unis pour se rendre compte que la droite en général, et le courant "trumpiste" en particulier joue un rôle beaucoup plus violent, sournois et efficace dans l’affaiblissement marqué des droits démocratiques formels que le courant woke, qui fait pâle figure en comparaison. Les exemples de ces abus étant nombreux et bien documentés, il est inutile d’y revenir ici.

Un peu partout en Occident, la droite populiste marque des points à des degrés divers au détriment des droits formels et sociaux, même dans le pays "par excellence" de la démocratie, la République américaine. Le président Joe Biden se débat présentement comme un diable dans l’eau bénie pour endiguer le recul du droit de vote contre un bloc conservateur au Sénat et dans plusieurs États républicains ; le succès de ses efforts est cependant loin de se trouver assuré. La conjoncture favorise plutôt la droite. Tout ceci est bien connu.

Mais revenons à l’affaire du film "Golda" et du choix d’Helen Mirren comme interprète du rôle principal. La polémique se déchaîne à ce sujet. Mais elle porte peut-être à vide. Le fond de la question niche ailleurs.

En effet, il s’agit d’une énième production pro-israélienne. À quand un film britannique ou américain sur la vie de Yasser Arafat, un des plus grands leaders tiers-mondiste de la seconde moitié du vingtième siècle ? "L’usine à rêves" d’Hollywood n’a jamais rien fait sur lui. Bien au contraire, les fois que les "Arabes" (en fait les Palestiniens) sont apparus sur les écrans américains, c’était toujours en tant que "méchants terroristes", leur lutte armée pour la libération de la Palestine et le droit au retour étant toujours criminalisée. Pour le reste, silence total.

Le véritable racisme réside peut-être là. Dans son texte, Denise Bombardier n’y fait pas la moindre allusion. On pourrait affirmer qu’à la "Jewface" correspond la "Palestinian face". L’avers et le revers de la même médaille.

Jean-François Delisle

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...