Édition du 16 avril 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

GNL Québec, Gazoduq et Énergie Saguenay : un projet qui met en péril la population de bélugas du St-Laurent

À la lecture de cet article, tout indique que la compagnie GNL Québec, promotrice des projets Gazoduq et Énergie Saguenay, a résolument pris le pari de rejouer un funeste scénario qui met en péril la population de bélugas du St-Laurent en voie de disparition.

Rappelons qu’en 2014, la compagnie pétrolière Transcanada projetait de construire un port à Cacouna, en plein coeur de l’habitat essentiel des bélugas. Transcanada visait à exporter ses produits sur les marchés internationaux. Ce projet qui comprenait également la construction de l’oléoduc Énergie Est n’a finalement jamais vu le jour, en bonne partie à cause de la menace qu’il ployait sur les emblématiques et immaculés mammifères marins.

Le lien à établir entre les bélugas du St-Laurent et le projet de Gazoduq est simple : si le gazoduc est construit et qu’il parvient à acheminer son contenu jusqu’à l’usine de liquéfaction située au Saguenay, et qu’une fois liquéfié, le gaz naturel est exporté depuis le fjord jusqu’à l’océan Atlantique, cela contribuera à « triple[r] le trafic maritime actuel dans le Saguenay, "pour le faire passer de 450 à près de 1300 transits par an" ».

L’article poursuit en soulignant que « [c]ette augmentation notable du trafic aura pour conséquence d’augmenter le niveau de bruit ambiant et de réduire les fenêtres temporelles et spatiale d’opportunités pour les bélugas dans le Saguenay, son embouchure et dans l’estuaire maritime ».

Effectivement, les bélugas, comme plusieurs mammifères marins, parviennent à se déplacer, à se repérer, à chasser et à se regrouper en ayant recours aux sons projetés dans l’eau. Ils ont pour ce faire besoin d’évoluer dans un milieu présentant le moins de perturbations qui ne soient pas d’origine naturelle.

Comme le souligne l’article, « l’importance de l’environnement acoustique est telle que le bruit chronique est considéré comme une "dégradation de l’habitat" ».

Dans un récent avis rédigé précisément sur l’impact des projets Gazoduq et Énergie Saguenay, des chercheurs de Pêches et Océans Canada (un ministère fédéral) concluent qu’« on ne peut exclure des risques élevés compte tenu de l’état actuel de la population en déclin pour laquelle le bruit a été identifié comme un des facteurs de risques ».

Robert Michaud, un spécialiste du béluga qui étudie l’espèce depuis plus de 30 ans, affirme pour sa part qu’« [a]vec l’embouchure du fjord, [l]es secteurs [convoités par GNL Québec] sont donc [...] aussi "essentiels" que le secteur de Cacouna, où TransCanada a échoué à construire un port pétrolier d’exportation. »

Si la cause de la préservation de l’écotype du béluga du St-Laurent vous tient à coeur, vous pouvez vous impliquer en « adoptant » l’un de ces bélugas en passant par l’organisme Adoptez un béluga. Vous encouragerez ainsi la recherche scientifique sur l’espèce, vous pourrez participer activement à la recherche de solution et vous contribuerez à faire connaître la riche histoire de ces animaux uniques en plus de témoigner votre attachement au Saint-Laurent et à tous ses habitants.

Pour plus d’informations, consultez le site https://baleinesendirect.org/adoptez-un-beluga/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...