Édition du 20 octobre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Négociation dans les secteurs public et parapublic : Contre-proposition syndicale et silence des médias…

La négociation dans les secteurs public et parapublic concerne toute la population du Québec. Il est ici question des services publics offerts à la population et également des conditions de travail et de rémunération de 560 000 salariéEs syndiquéEs de ces secteurs qui emploient à 75% des femmes.
Dans une démocratie représentative, il appartient aux partis politiques et aux médias d’information d’alimenter les citoyennes et les citoyens sur les enjeux politiques. En l’absence de ces deux sources d’information, les discussions sur certains enjeux risquent de s’appuyer sur des assises fragiles et les prises de position découleront, dans certains cas, d’un détestable parti-pris idéologique. Ce qui est, dans la mesure du possible, à éviter.

Le gouvernement offre, à ce moment-ci, 5% d’augmentation de salaire, échelonné sur 3 ans, à ses salariéEs qui auraient droit à une rémunération plus élevée chez un autre employeur (administration publique fédérale, secteur municipal, entreprises privées syndiquées). Cela fait (et il s’agit ici d’un fait de notoriété publique) des décennies que la rémunération dans les secteurs public et parapublic est sous pression et que les personnes à l’emploi de ces secteurs ne sont pas rémunérées à la hauteur de la valeur réelle de leur prestation de travail. Il s’agit là, selon nous, d’une raison suffisante pour que la population s’intéresse à cette négociation à partir de sources d’information crédibles. Les journalistes de la tribune parlementaire doivent être invités, par leur employeur, à couvrir dans ses divers rebondissements cette négociation. Il n’y a pas que la question des « primes » des préposéEs aux bénéficiaires qui mérite d’être abordée par les journalistes.

Dans une négociation qui porte sur le renouvellement d’une convention collective dans les secteurs public et parapublic, normalement (et c’est ce qui est arrivé à plusieurs reprises depuis 1964-1965) la partie syndicale dépose ses demandes, le gouvernement présente son offre, la partie syndicale met sur la table sa contre-proposition et les parties tentent, à partir de l’offre gouvernementale et de la contre-proposition syndicale, de trouver un compromis ou de conclure une entente de principe. En l’absence d’un compromis… évitons, pour le moment, cette éventualité.

Depuis juin dernier, quatre organisations syndicales ont pris le temps de soumettre au Conseil du trésor une contre-proposition. Il s’agit de la FTQ, de la CSN, du SPGQ et du SFPQ. Il est dommage que du côté des médias, rien jusqu’à maintenant n’ait transpiré à ce sujet. Pour vous faire une petite idée, nous vous invitons à consulter les trois liens suivants :

https://ftq.qc.ca/negociations-secteur-public-cest-parti/#1596633401326-30feb50e-527c . Consulté le 17 septembre 2020.

https://secteurpublic.quebec/2020/08/27/info-nego-no-12-la-contre-proposition-de-la-csn/. Consulté le 17 septembre 2020.

https://www.youtube.com/watch?v=B5e-a71Oq1A&feature=youtu.be . Consulté le 17 septembre 2020.

https://spgq.qc.ca/wp-content/uploads/2020/06/Info-Nego_FP-Colleges-Pinel_2020-03-31.docx.pdf . Consulté le 17 septembre 2020.

En les consultant, vous serez mieux outillé pour vous faire une idée un peu plus précise au sujet des principes retenus par certaines organisations syndicales dans l’élaboration de leur contre-proposition.

À suivre.

Yvan Perrier

17 septembre 2020

15h15

yvan_perrier@hotmail.com

Yvan Perrier

Yvan Perrier est professeur de science politique depuis 1979. Il détient une maîtrise en science politique de l’Université Laval (Québec), un diplôme d’études approfondies (DEA) en sociologie politique de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et un doctorat (Ph. D.) en science politique de l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur au département des Sciences sociales du Cégep du Vieux Montréal (depuis 1990). Il a été chargé de cours en Relations industrielles à l’Université du Québec en Outaouais (de 2008 à 2016). Il a également été chercheur-associé au Centre de recherche en droit public à l’Université de Montréal.
Il est l’auteur de textes portant sur les sujets suivants : la question des jeunes ; la méthodologie du travail intellectuel et les méthodes de recherche en sciences sociales ; les Codes d’éthique dans les établissements de santé et de services sociaux ; la laïcité et la constitution canadienne ; les rapports collectifs de travail dans les secteurs public et parapublic au Québec ; l’État ; l’effectivité du droit et l’État de droit ; la constitutionnalisation de la liberté d’association ; l’historiographie ; la société moderne et finalement les arts (les arts visuels, le cinéma et la littérature).
Vous pouvez m’écrire à l’adresse suivante : yvan_perrier@hotmail.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...