Édition du 13 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec solidaire

Pour une fois, je pourrai voter positivement

Le 26 mars, je devrai voter. En effet, je ne peux me dérober à ce petit reste de démocratie qu’on nous a laissé. Une fois par quatre ou cinq ans, on nous appelle aux urnes pour choisir entre bonnet blanc ou blanc bonnet, avec lequel nous devrons faire pour les prochaines années, quelque bêtise qu’il commette.

Je ne me reconnais dans aucun des partis qui a des chances de prendre le pouvoir ou même d’avoir assez de députés à l’Assemblée nationale pour influer sur les décisions qui nous concernent tous. Ces partis qui d’ailleurs s’organisent systématiquement pour remettre aux calendes grecques une réforme significative du système électoral qui donnerait la possibilité aux courants minoritaires de faire entendre leurs voix à l’Assemblée nationale.

Le 26 mars, je voterai pour Québec solidaire, même si on me répète que ce sera un vote perdu. J’affirme au contraire que pour une fois depuis longtemps, je pourrai voter positivement, pour des idées et des valeurs intéressantes, et non seulement contre un gouvernement auquel je n’accorde aucune confiance.

Je sais que Québec solidaire n’a aucune possibilité de prendre le pouvoir cette fois-ci. Mais on ne bâtit pas un parti en deux ans. Avec des milliers d’autres Québécois et Québécoises, je poserai ces premières briques qui à terme nous permettront de construire un parti solide et apte à prendre le pouvoir dans quelques années.

Pourquoi un tel optimisme ? Parce que Québec solidaire est le seul parti qui défende résolument les idées de bien commun, d’équité, d’égalité des sexes, de pleine ouverture aux immigrants. Parce que sans des actions radicales dans ce sens, il n’y a pas d’avenir pour notre planète. Nos problèmes écologiques sont d’abord et avant tout des problèmes de société et ce n’est pas en instaurant des taxes du carbone ou en développant des technologies moins polluantes qu’on va les régler.

Québec solidaire n’offre pas des solutions toutes faites à tous nos problèmes. Le parti est en pleine évolution et est ouvert aux discussions, il nous invite à nous réunir, à imaginer, à explorer et à nous atteler ensemble à cette tâche immense mais combien exaltante de nous fabriquer un pays qui donne à tous les moyens de répondre à leurs besoins et de s’épanouir pleinement tout en retrouvant cet équilibre avec la nature que nous avons compromis.

J’en serai.

Mots-clés : Québec Québec solidaire
Serge Mongeau

Serge Mongeau est écrivain ; il vient de diriger un collectif qui a publié, aux Éditions Écosociété, Objecteurs de croissance. Pour sortir de l’impasse : la décroissance. Il est membre du Mouvement québécois pour une décroissance conviviale.

Sur le même thème : Québec solidaire

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...