Édition du 10 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Opinion

Le Parti vert du Québec

Un « Ponce Pilate » politique

" Heureusement tout le monde n’est pas dupe, car en tentant de se laver les mains de la « question nationale » comme de la dialectique « gauche / droite », le Parti vert du Québec ne fait que confirmer son allégeance au fédéralisme et son adhésion aux abus du système actuel qui a engendré la pire détérioration de notre environnement depuis l’aube de l’humanité."

J’entendais récemment Scott McKay, l’actuel chef du Parti vert du Québec (PVQ), traiter à plusieurs reprises Québec solidaire de « gauche radicale » en plein milieu des ondes de Radio-Canada à l’émission « Au coeur de l’actualité » animée par Anne-Marie Dussault.

Pour répondre aux attaques de Scott McKay

Dans un premier temps, pour répondre aux attaques abusives de « gauche radicale » de Monsieur Mckay, je dirais que, si exiger une protection sociale suffisante pour assurer la couverture des besoins essentiels et protéger la simple « survie » de nos concitoyens et concitoyennes les plus démunis-es de notre société c’est être d’une « gauche radicale », j’en suis. Et je suis bien d’accord avec Amir Khadir pour dire que lorsqu’on a la prétention d’être écolo, l’être humain devrait être au coeur de nos priorités. La race humaine ne fait-elle pas partie de la nature elle aussi ?

Une impossible neutralité constitutionnelle

En ce qui concerne la pseudo « neutralité constitutionnelle » du Parti vert (PVQ), comment peut-on prétendre faire de la politique sérieusement au Québec et ne même pas avoir une opinion sur notre statut national, alors que la dialectique « souverainisme / fédéralisme » est au centre des préoccupations des Québécois-ses depuis 40 ans ? Voilà, entre autres choses, un opportunisme auquel je faisais référence dans un précédent article.

Brian Gibb et André Laroque : deux ex-candidats de l’ADQ

Actuellement, dans la circonscription de Pontiac en Outaouais, Brian Gibb, l’actuel candidat du Parti vert du Québec, était aussi candidat pour le parti de droite fédéraliste de l’ADQ. (1.) Monsieur Gibb avait aussi été candidat du « fédéraliste » Parti vert du Canada en 2004 ( 2.) un parti néo-conservateur, c’est-à-dire « de droite ». Selon mes informations, Monsieur Gibb aurait aussi été président de l’association des « West Quebecers » (3.) un groupe hostile à la loi 101.

Parti vert… Le nowhere…

Au cours de ma recherche, j’ai de plus découvert que André Laroque, qui est aussi un candidat vert... le nowhere… s’était aussi présenté en 2001 sous la bannière de la droite fédéraliste de l’ADQ, « contre » Paul Cliche, précurseur de Québec solidaire.

Cette situation confirme bien que le Parti vert du Québec est un ramassis d’environnementalistes de la droite fédéraliste, une information des plus utiles pour les écologistes de gauche et/ou les souverainistes qui composent une bonne partie de l’électorat du Québec et qui auraient tout intérêt à voter pour Québec solidaire.

Heureusement tout le monde n’est pas dupe, car en tentant de se laver les mains de la question nationale, tout comme il se lave les mains de la dialectique gauche/droite, le Parti vert du Québec ne fait que confirmer son allégeance au fédéralisme et son adhésion au système actuel qui a engendré la pire détérioration de notre environnement depuis l’aube de l’humanité.

Ces indolents politiques du Parti vert du Québec, en ne dénonçant pas les abus du profit à tout prix, ne font même pas la corrélation entre le capitalisme sauvage et la détérioration de notre environnement. En fait, il nuisent à la cause et nuisent au travail d’éducation politique initié par l’UFP et Québec solidaire et négligent honteusement de « penser globalement ».

De plus, se contentant d’un vague « nous sommes pour la justice sociale » sans « exiger formellement » un revenu suffisant qui ne mette pas en péril la survie de nos concitoyens, ils se comportent exactement comme les autres vieux partis de droite de façon « immorale ». Alors, qu’on ne vienne pas se prétende de « la sagesse écologique » en étant sans « moralité économique ».

Tout comme l’ADQ qui se dit « autonomiste », ce qui n’est rien d’autre qu’un piètre synonyme de « fédéralisme », le Parti vert du Québec, tente lui, de se « laver les mains » du problème en misant sur l’ignorance politique de l’électorat.

Ni de gauche, ni de droite ?

Ni fédéraliste, ni souverainiste ?

Finalement... le Parti vert du Québec...

C’est pas grand-chose.

Christian Montmarquette

Site de ce débat sur les Verts :
http://www.cmaq.net/fr/node/26945

Articles traitant du même sujet :

Surpris les Vert ? Voyons donc...
http://www.ledevoir.com/2007/03/03/commentaires/0703030559577.html

Un moteur vert pour un Québec solidaire
http://quebec.indymedia.org/fr/node/22679

Mots-clés : Opinion Québec
Christian Montmarquette

Membre fondateur de Québec solidaire

Militant pour l’éradication de la pauvreté et l’indépendance du Québec

Site officiel : www.quebecsolidaire.net

Courriel de Québec solidaire info@quebecsolidaire.net

Programme : http://quebecsolidaire.net/engagements_2008

Téléphone : (514) 278-9014

Espace MSN : http://christianmontmarquette.spaces.msn.com

Ancien site électoral : www.ufp-laporte.ca.tc

Sur le même thème : Opinion

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...