Édition du 22 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Août 1968 et Août 1969

De « Promesses passagères » à « Sévères sanctions »…

Force est de reconnaître que nous vivons dans un monde qui oscille, d’une part, entre des promesses libératrices et émancipatrices et, d’autre part, d’innombrables exemples de sévères sanctions et de répression brutale... Tantôt, nous ignorons la peur (août 1969), à d’autres moments, elle nous terrifie (août 1968). Et pourquoi pas, en ce 21 août 2020, cette "quasi-éphéméride".

Les années 1960, doit-on le rappeler, ont été une marmite bouillonnante sur différents plans en général et sur le plan politique en particulier. Il y avait, à cette époque, plusieurs mouvements de libération, avec à leur tête diverses figures de comandants emblématiques. Tout comme il y a eu, durant cette décennie, des manifestations musicales qui nous indiquaient qu’un Nouveau Monde commençait à émerger.

Chaque année, immanquablement, au mois d’août, surgit en moi le rappel de deux moments différents et opposés qui m’ont marqué de manière indélébile : Prague en 1968 et Woodstock en 1969.

Je gardais pour moi, dans mon for intérieur, ce rappel pénible de l’invasion des troupes armées soviétiques en sol tchécoslovaque en août 1968... Quelle aberration ! Quand le régime politique (soviétique) se confond avec la folie d’une élite dirigeante qui s’imagine en pleine possession du sens réel de l’histoire (la nomenklatura communiste), cela donne l’imposition d’un régime autoritaire qui réprime sévèrement les partisanes et les partisans du camp des dissidentes et des dissidents qui réclamaient le droit à définir par eux-mêmes leur voie à un socialisme à visage humain. Que de longues souffrances pour le peuple et les personnes qui ont osé revendiquer plus de libertés.

Oui, il y a eu ensuite, en 1969, par opposition, une autre manifestation qui a beaucoup frappé l’imagination de plusieurs : Woodstock. Woodstock ou si vous préférez, 3 jours de paix, d’amour libre et de musique. Là aussi, constatons-le, un autre rêve utopique qui s’est lui aussi envolé en fumée (« Up in smoke », comme ils disent en anglais) ; comme la célèbre promesse d’un monde meilleur, dans l’ici-bas, avec le socialisme.

C’est vous dire, la douceur des utopiques promesses d’un monde d’Amour et de Paix (le « Peace and Love » des Hippies) n’est jamais parvenue à effacer complètement le rappel des douloureuses souffrances créées par le déplacement des chars d’assaut ou la sévère répression militaire quand les dictateurs de ce monde n’entendent qu’une chose : imposer coûte que coûte leur volonté à autrui.

Chaque mois d’août, chaque année, ces souvenirs remontent en moi et me rappellent que je me meus dans un monde fait ici de promesses passagères et là de sévères sanctions.

Yvan Perrier

21 août 2020

yvan_perrier@hotmail.com

Yvan Perrier

Yvan Perrier est professeur de science politique depuis 1979. Il détient une maîtrise en science politique de l’Université Laval (Québec), un diplôme d’études approfondies (DEA) en sociologie politique de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et un doctorat (Ph. D.) en science politique de l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur au département des Sciences sociales du Cégep du Vieux Montréal (depuis 1990). Il a été chargé de cours en Relations industrielles à l’Université du Québec en Outaouais (de 2008 à 2016). Il a également été chercheur-associé au Centre de recherche en droit public à l’Université de Montréal.
Il est l’auteur de textes portant sur les sujets suivants : la question des jeunes ; la méthodologie du travail intellectuel et les méthodes de recherche en sciences sociales ; les Codes d’éthique dans les établissements de santé et de services sociaux ; la laïcité et la constitution canadienne ; les rapports collectifs de travail dans les secteurs public et parapublic au Québec ; l’État ; l’effectivité du droit et l’État de droit ; la constitutionnalisation de la liberté d’association ; l’historiographie ; la société moderne et finalement les arts (les arts visuels, le cinéma et la littérature).
Vous pouvez m’écrire à l’adresse suivante : yvan_perrier@hotmail.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...