Édition du 18 février 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le Monde

Les milliardaires se réunissent à Davos

Les riches jubilent alors que la planète brûle. Seuls des mouvements de masse pour un changement radical sont le moyen de sauver la planète – sans dépendre des riches et des politiciens.

« Sans traiter cela comme une crise, nous ne pouvons pas le résoudre », a lancé cette semaine Greta Thunberg, leader de la grève du scolaire, aux dirigeants mondiaux. Malheureusement pour elle – et pour nous – ils n’écouteront pas.

S’exprimant lors de la conférence de Davos, organisée par le Forum économique mondial (WEF), Thunberg a rejoint d’autres militants climatiques alors que les milliardaires et les politiciens se réunissent dans la station de ski suisse pour discuter du thème clé : « Les parties prenantes pour un monde cohérent et durable ».

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, et l’ancien vice-président américain Al Gore devaient également prendre la parole sur la crise climatique. Devant Davos, Thunberg et d’autres leaders ont demandé aux gouvernements et aux entreprises de suspendre les investissements, l’extraction et les subventions pour les combustibles fossiles.

Mais pour les magnats des combustibles fossiles et des banques entassés dans les salles de conférence de Davos, rien de tel n’est prévu. La minuscule minorité qui remplit les salles de réunion du monde entier et qui approuve de nouveaux projets d’exploration de combustibles fossiles prévoit d’étendre ses opérations, et non de les réduire.

Davos ne remet pas en cause la règle par la poignée de super-riches, il les encourage. Il permet à l’écume au sommet de la société de festoyer, tout en faisant semblant de se soucier du fait que la planète est en feu. Ce n’est pas seulement qu’ils représentent un système pourri. Les délégués de Davos n’ont ni le pouvoir ni la volonté de contester le système dans son ensemble.

La réponse n’est pas dans plus de conférences pour les riches et les puissants afin de consolider leur système capitaliste – c’est de construire une force assez puissante pour les affronter. Le combat pour nos vies – et notre monde – est en marche.

Cela signifiera la construction d’une société capable de s’attaquer aux causes des conditions météorologiques extrêmes, de l’élévation du niveau de la mer, de la montée des températures, des inondations et de l’extinction des espèces.

Tous ceux qui se soucient de l’avenir de la planète doivent se lancer dans la construction d’une force suffisamment puissante pour prendre le pouvoir et les ressources de ce monde. Les patrons de Davos font semblant de répondre à l’urgence climatique, mais ils n’ont pas les mêmes intérêts que nous.

Leur priorité est de s’accrocher à leur richesse et à leur pouvoir, quel qu’en soit le coût environnemental. La nôtre est de lutter pour un monde durable bâti pour les intérêts de la planète et des gens ordinaires.

https://socialistworker.co.uk/

Socialist worker

Périodique américain

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le Monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...