Édition du 24 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Opinion

Accommodements raisonnables

Une chance ratée pour Québec solidaire de faire de la politique autrement

Suite aux nombreux débats et dérapages causés par certaines relations multiethniques au Québec – relations multiethniques étant la source de ce que l’on appelle communément les « accommodements raisonnables » - Québec solidaire devait, le plus clairement possible, donner sa position en tant que parti de gauche, égalitaire et progressiste sur la question.

QS devait donc faire en sorte que son intervention soit claire et non partisane sur cette question. QS se devait de ne véhiculer, dans sa position et dans son intervention médiatique, aucune des idéologies du parti : une façon de faire de la politique autrement, ce que QS se targue de vouloir faire.

Une chance s’est donc présentée à QS afin de se faire entendre sur l’épineuse question : une chance de se démarquer des autres partis, une chance d’exprimer sans partisannerie et sans émotivité sa position de la façon la plus claire et la plus « cérébrale » possible. Les enjeux reliés à ce que l’on appelle les accommodements raisonnables, pour le Québec d’aujourd’hui et de demain, sont trop importants pour les diluer dans la partisannerie ou pire, d’en faire son cheval de bataille afin d’en espérer des gains électoraux - comme c’est le cas de l’ADQ de Mario Dumont.

Mais voilà que QS se dit « déçu » du fait qu’il n’y ait aucune femme sur la commission d’étude sur les accommodements raisonnables. Est-il besoin de préciser que Québec solidaire est un parti qui se dit écologiste, féministe, pacifiste, pluraliste, altermondialiste, démocratique et souverainiste ? Ici, Québec solidaire a raté sa chance de faire de la politique autrement en évitant de véhiculer une partie de son idéologie partisane - dans le cas qui nous concerne, son identité féministe - en parlant d’un sujet qui mérite tout le sérieux et la neutralité politique que l’on peut y mettre.

Que va-t-on retenir de la position de QS face aux accommodements raisonnables ? La « déception » de ce parti politique en ce qui a trait à la non-présence d’une femme sur la commission d’étude sur les accommodements raisonnables ? La caricature de Garnotte dans le Devoir ?

Est-ce le discours le plus articulé, le plus original, que peut avoir QS, sur l’importante question des accommodements raisonnables, que celui de regretter, ou d’exiger, une femme à la tête de la commission d’étude ? Non, certainement pas !

Pour ma part, je vais retenir la chance perdue de faire de la politique autrement - de la part d’un parti politique qui se targue de vouloir en faire - sur un sujet des plus chauds et des plus sérieux , sur un sujet qui risque d’être décisif pour la prochaine campagne électorale. QS vient de rater une chance de s’affirmer, de se crédibiliser face à la population, sur un des sujets les plus importants en ce moment au Québec en permettant aux médias, mais aussi à la population, de « dévier » son intervention, sa position, en y incluant une partie de son identité partisane.

QS doit recentrer son discours, sur les accommodements raisonnables et ses problématiques, sur la neutralité politique, le bon sens, la tolérance, l’ouverture d’esprit, etc. même si ce « décentrage féministe », véhiculé par les médias, n’était nullement le but ultime de la prise de position de QS.

Sur le même thème : Opinion

Sur le même thème : Accommodements raisonnables

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...