Édition du 20 août 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Blogues

Le blogue de la présidente de la CSQ

Lanceurs d’alerte : remparts de la démocratie

On fait tout un plat avec le renvoi du fonctionnaire lanceur d’alerte Louis Robert. Et c’est avec raison ! Les lanceurs d’alerte comme monsieur Robert sont un véritable rempart de la démocratie. Ces femmes et ces hommes qui osent dénoncer ce qui, autrement, resterait derrière des portes closes incarnent véritablement ce que signifie le service public.

Comme citoyennes et citoyens, nous pouvons dormir tranquilles parce que nos institutions sont censées veiller à la qualité de notre eau, de nos aliments et de nos infrastructures routières, à la protection de notre environnement, etc. Nous pouvons également compter sur le fait que nos institutions sont bien gérées et que les fonds publics sont bien administrés.

Il arrive cependant que certaines personnes abusent de la confiance du public. C’est d’ailleurs en partie pourquoi, le 1er mai 2017, le gouvernement du Québec a adopté la Loi facilitant la divulgation d’actes répréhensibles à l’égard des organismes publics, dans la foulée du rapport de la commission Charbonneau.

S’attaquer au messager est plus facile que de s’attaquer au problème

Le problème fondamental réside en fait dans cette maxime bien connue : « où il y a de l’Homme, il y a de l’hommerie » ! Certains gestionnaires ont une fâcheuse tendance à vouloir protéger leur égo davantage que l’intérêt du public et cela donne lieu à des dérives administratives comme nous avons pu en être témoins.

C’est ce que l’on a pu observer dans l’affaire du lanceur d’alerte Louis Robert qui a permis la fuite d’un document ayant mené, au printemps 2018, des journalistes à révéler l’ingérence du privé dans la recherche scientifique sur les pesticides au Centre de recherche sur les grains (CÉROM), financé en majorité par le gouvernement du Québec. Pourtant, monsieur Robert a suivi toutes les indications prévues à la Loi, ayant dénoncé l’affaire à l’interne avant de se tourner vers les médias.

Une fois l’information rendue publique, les mandarins du ministère ont alors fait ce que beaucoup ont fait avant eux : ils se sont lancés dans une chasse à la fuite. C’est déplorable parce que s’ils avaient écouté monsieur Robert, non seulement le problème aurait été réglé, mais personne n’en aurait rien su ; une machine qui fonctionne ne fait pas la nouvelle.

Quand la politique prend le devant sur la protection du public

Le cas de monsieur Robert n’est pas sans rappeler celui de Sylvie Therrien, cette ancienne enquêteuse de l’assurance-emploi qui avait dénoncé les quotas de refus de prestation de chômage imposés aux enquêteurs sous le gouvernement Harper. Malgré la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles promulguée en avril 2017 par le gouvernement fédéral, le vieux réflexe de la chasse à la fuite revient au galop dans les ministères.

Dans le cas de monsieur Robert, le réflexe qui a guidé l’action des ministères impliqués a été celui de la protection de la réputation politique des gouvernements ou des ministères plutôt que la protection du public. Par ailleurs, le ministre Lamontagne a beau avoir demandé une enquête à la Protectrice du citoyen, c’est une tout autre philosophie de gestion qu’il devra inculquer au sein de son ministère : une philosophie d’écoute et d’ouverture aux critiques.

Au-delà de la loi sur la protection des lanceurs d’alerte, au-delà de ce « devoir de loyauté » utilisé à mauvais escient par des gestionnaires frileux, c’est cette question qui devrait prévaloir dans les officines de nos ministères et organismes publics : la protection du public et du lien de confiance de la population envers les institutions.

Sonia Éthier

Présidente de la CSQ (2018-...)

Elle siégeait sur l’exécutif de la CSQ depuis 2015 à titre de première vice-présidente. Enseignante en adaptation scolaire auprès d’élèves en difficulté d’apprentissage, elle a été présidente du Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu durant neuf ans. Elle milite au sein du mouvement syndical depuis plus de 30 ans.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Blogues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...