Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Les élections ontariennes : espoirs et réalités

Nous n’entrons pas dans cette élection avec les mouvements combatifs ou l’alternative de gauche claire qui sont nécessaires.

Il y a un doute sur qui a suggéré en premier que si les élections pouvaient changer quoi que ce soit, elles seraient rendues illégales. Bien que ce soit certainement une exagération, cet esprit aigri contient un grain de vérité important. Les élections suscitent un vif intérêt et de grands espoirs mais, même lorsqu’elles conduisent à des changements de gouvernement, l’agenda politique dominant s’avère remarquablement durable et les promesses qui ont été claironnées pendant la campagne se traduisent par de très maigres résultats.

22 mai 2022 | Canadian Dimension | Phto : Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, tient une conférence de presse avec des membres de son cabinet. Photo de Twitter.
https://canadiandimension.com/articles/view/the-ontario-election-hopes-and-realities

Il en va de même pour les élections ontariennes qui auront lieu le 2 juin. Cela ne veut pas dire que son issue devrait être une question d’indifférence, mais il serait totalement irréaliste d’imaginer que l’un des résultats possibles du concours signifierait la fin des attaques contre les travailleurs et les communautés qui définissent la période actuelle. Peu importe si le jour du scrutin produit le pire résultat ou le meilleur que nous puissions espérer, le besoin de syndicats beaucoup plus forts et d’une action sociale à grande échelle restera pressant et inévitable.

Le prochain gouvernement de l’Ontario va fonctionner dans un contexte d’aggravation de la crise économique et sociale qui a ses particularités locales, mais qui a un caractère résolument international. Les chocs d’offre prétendument à court terme qui ont créé des pressions inflationnistes ont cédé la place à une crise du coût de la vie à part entière qui a été gravement aggravée par le conflit ukrainien. Une période prolongée de stagflation est maintenant très probable. Dans le même temps, le prétendu remède à la hausse des taux d’intérêt menace de générer une récession majeure. En effet, Deutsche Bank a suggéré qu’« une profonde récession sera nécessaire pour mettre l’inflation au pas ». Ce sont les facteurs qui façonneront la vie politique de l’Ontario après le 2 juin et auront une incidence sur la vie des gens de la classe ouvrière.

Rivaux électoraux

La campagne électorale a commencé avec les conservateurs de Doug Ford enregistrant une avance significative mais pas invincible dans les sondages. Les libéraux se sont remis de leur défaite fracassante aux dernières élections au point d’être de retour à la deuxième place et le NPD est revenu à sa troisième place plus normale. Ce sont des temps instables et un bouleversement majeur est toujours possible, mais à ce stade, un deuxième mandat pour les conservateurs semble très probable.

L’opération politique menée par Doug Ford constitue certainement le régime de choix pour ceux qui, en Ontario, profiteront d’une reprise injuste à la suite de la pandémie. Bien qu’une crise majeure de santé publique ait posé des défis inattendus aux conservateurs de Ford, leur engagement en faveur d’une approche « ouverte aux affaires » n’a jamais faibli. Les soins de santé publics sont en grande difficulté et une attaque contre l’éducation publique est en cours. Les travailleurs et les communautés feraient certainement face à des attaques très importantes sous un deuxième mandat du gouvernement Ford.

Pendant ce temps, les libéraux sont engagés dans leurs efforts habituels pour se présenter comme le parti de la modération progressiste. Ils cherchent des moyens de paraître novateurs et réceptifs aux besoins sociaux sans bouleverser indûment les intérêts particuliers qu’ils serviront consciencieusement s’ils prennent leurs fonctions. Leur plan pour un « salaire vital ajusté au niveau régional » est un exemple clair de leur stratégie standard consistant à donner une tournure progressiste au programme régressif dominant.

Au cours de mes années d’organisation au sein de la Coalition ontarienne contre la pauvreté (PACO), j’ai traité avec des gouvernements provinciaux dirigés par chacun des principaux partis politiques et j’ai participé à huit élections ontariennes. Ces expériences n’ont fait que renforcer ma conviction que nous passons beaucoup trop de temps à étudier de manière médico-légale les programmes électoraux qui ont peu à voir avec la conduite réelle des gouvernements élus. Et comme je me suis organisé dans des communautés pauvres pendant les années Bob Rae, je ne peux pas donner un laissez-passer au NPD.

Je ne conteste pas que le NPD propose des mesures qui, si elles étaient mises en œuvre, seraient bénéfiques, et certaines d’entre elles répondent aux demandes découlant des conditions désastreuses auxquelles sont confrontés les travailleurs et les collectivités. Cependant, l’orientation du parti vers le centre politique signifie qu’il ne peut pas se différencier suffisamment des libéraux. Tout comme, au niveau fédéral, le NPD a accepté de maintenir le gouvernement Trudeau au pouvoir, de même en Ontario, l’idée d’une alliance de travail des forces modérées contre un ennemi conservateur commun est sérieusement avancée.

Le fait qu’un parti de la social-démocratie, qui est censé représenter les intérêts de la classe ouvrière, n’ait pas réussi à mettre beaucoup de distance politique entre lui-même et un représentant politique de premier plan de la grande entreprise, signifie malheureusement qu’une alternative électorale de gauche en lutte fait défaut en ces temps instables et incertains.

Après trois ans de gel des prestations et, au milieu de la vague actuelle d’inflation galopante, les centaines de milliers de personnes qui vivent de l’aide sociale se trouvent dans une situation de difficultés impossibles. Pourtant, il a fallu des pressions considérables et la menace d’être débordé à gauche sur cette question par le Parti vert, pour que le NPD de l’Ontario promette une augmentation significative des taux.

Les défenseurs et les militants ont correctement diagnostiqué l’effort initial du NPD pour éviter une action sérieuse sur l’aide sociale comme étant motivée par le vieil effort fatigué de rivaliser pour les votes au centre politique, plutôt que de représenter les intérêts des communautés pauvres et de la classe ouvrière. Cependant, comme l’a dit l’ancienne députée néo-démocrate et porte-parole sortante du parti en matière de pauvreté et d’itinérance, Rima Berns-McGown, « ce qui se passe quand vous essayez de le faire, c’est que vous ne plaisez à personne. Si les gens veulent voter pour les libéraux, ils voteront pour les libéraux. »

C’est un exemple très instructif et il convient de noter qu’il ne s’agit que d’une promesse sur la piste de la campagne qui a peu de chances d’être mise à l’épreuve. Si, contre toute attente, le NPD formait le prochain gouvernement, il serait difficile d’imaginer que d’importantes augmentations de l’aide sociale soient effectivement mises en œuvre sans que les collectivités en situation de pauvreté et leurs alliés descendent dans la rue pour exiger que la promesse électorale soit tenue.

Luttes à venir

Nous nous dirigeons vers cette élection avec les conservateurs comme favoris et les libéraux ayant retrouvé leur place de principal rival politique. Le NPD a peu de perspectives de percée majeure et encore moins de perspectives d’entrée en fonction. Il faudra plus que d’ajouter quelques promesses un peu plus progressistes et un peu plus audacieuses à diffuser pendant les campagnes pour constituer une alternative politique viable.

La triste probabilité d’un second mandat pour les conservateurs de Ford ne nous menace pas en raison de l’absence de colère parmi les travailleurs et les communautés de l’Ontario. Ford est susceptible de gagner par défaut parce que le sentiment d’espoir et de possibilité qui pourrait galvaniser le soutien à une alternative politique à son leadership de droite fait défaut. La triste vérité est que, après plus de deux ans de pandémie, dans des conditions économiques difficiles et en détérioration, l’esprit de résistance de la classe ouvrière est en train de se dégrader. La capacité d’un parti favori des grandes entreprises, dirigé par un bouffon réactionnaire, à dominer la scène électorale est symptomatique de ce malaise.

Les élections sont importantes et celle-ci est particulièrement importante. Dans la période actuelle, cependant, une focalisation prépondérante sur la politique électorale est déplacée. Nous avons besoin de syndicats puissants et rajeunis et d’un fort sentiment d’unité et de solidarité entre les communautés attaquées. Une telle mobilisation sociale créerait en fait les conditions où une force électorale de gauche sérieuse pourrait faire d’énormes gains.

Nous n’entrons pas dans cette élection avec les mouvements combatifs ou l’alternative de gauche claire qui sont nécessaires, mais une chose est claire : quels que soient les résultats du 2 juin, la nécessité de s’organiser, de se mobiliser et de riposter ne restera pas moins urgente.

John Clarke est écrivain et organisateur à la retraite de la Coalition ontarienne contre la pauvreté (OCAP). Suivez ses tweets sur @JohnOCAP et bloguez sur johnclarkeblog.com.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...