Édition du 20 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Quoi de neuf au Québec ?

Quelques éléments de la conjoncture québécoise ont attiré notre attention. D’abord le budget Girard en période d’inflation. Le plan du ministre de la santé monsieur Dubé en pleine hausse des cas de Covid et les ministres Charette et Bonnardel pour nous expliquer la politique verte du gouvernement Legault.

Un budget électoraliste

Si on examine le Budget Girard , on s’aperçoit qu’il y en a pour tout le monde : 500$ aux contribuables pour faire face à l’inflation, subventions à des logements sociaux, subventions aux groupes communautaires et groupes en violence faites aux femmes, subventions aux personnes étudiantes à l’éducation supérieure, quelques subventions vertes : autos électriques, hydrogène, argent pour le Plan en santé : ça paraît bien avec la Covid, sommes pour des projets d’investissement, sommes pour promouvoir l’égalité et lutter contre le racisme.

Une analyse plus approfondie pour comprendre les conséquences d’un tel budget pour les femmes exige l’application de mesures d’analyse différenciée selon les sexes bonifiée. Si cette analyse s’est instaurée en 2017 au fédéral, elle tarde à être mise en œuvre au niveau québécois.

Alors que dire sur ce budget ?

Ce saupoudrage d’argent tient d’une stratégie électoraliste à 100% : pas beaucoup pour beaucoup de monde de façon à bien paraître. Mais qu’en est-il des besoins réels de la population en termes de logements sociaux, de minimum vital pour vivre, de lutte contre le racisme, le sexisme et les violences ?

Le gouvernement Legault se fie aux sondages qui l’ont porté tout au long de la pandémie et qui en ont fait un bon gestionnaire de la crise Covid. Legault est en fait un gouvernement Teflon : rien de son bilan ne colle à sa réputation. Le budget Girard se situe dans cette même ligne de communication : créer une belle image.

En santé le gouvernement Legault favorise l’entreprise privée

Le nouveau plan santé du ministre Dubé favorise la privatisation. Elle était déjà en branle avec des opérations comme les cataractes, et la hanche pour soulager les listes d’attente du secteur public. Elle s’est accentuée avec la Covid : des cas d’hospitalisation ont été transférés et soignés au privé. Maintenant elle devient crédible : le gouvernement parle de partenariat public-privé. Par exemple dans la région de Québec-Chaudière-Appalaches, la Clinique privée Lapointe reconnaît que 80% de ses clients viennent du secteur public. Une salle d’opération est complètement réservée au public.
Tout ce partenariat coûte à l’État, tout ce partenariat mobilise médecins et main d’oeuvre nécessaires au public. Rappelons que le plan Dubé ne parle plus d’avoir un médecin de famille par personne mais d’avoir accès à une personne spécialiste ; infirmier-ère, pharmacien-ne etc...

Quant à la question Covid : c’est une gestion de la crise de mécontentement des gens en vue des élections au lieu d’une gestion sécuritaire de la crise Covid. Il n’y a pas, après deux ans d’effort, de ventilation dans les écoles, 14, 000 travailleuses de la santé sont en congé de maladie, plus de 1200 morts depuis janvier.
La campagne de prévention a été mise sous verre au profit d’une campagne de responsabilisation personnelle. À nous de voir ce qu’on fait et avec qui on le fait. Le dépistage PCR n’est plus accessible à la population et les autotests ne sont pas si efficaces face aux variants. Alors tout le monde l’attrapent avec les conséquences dangereuses qui s’en suivent.

La gestion autoritaire continue. S’il y a arrêt de paiement des primes Covid pour le personnel en santé malgré la 6ième vague, certaines mesures de l’état d’urgence demeurent en place comme l’a expliqué le ministre Dubé.

Enfin sur le cas du CHLD privé Hérron, le gouvernement Legault refuse toujours une enquête publique et maintient son silence radio sur la nationalisation des CHSLD privés. Mais pour rafraîchir son image sur le sujet, il licencie poliment deux ministres femmes et renforce son image de boy’s club. Comme si les autres ministre mâles n’avaient pas de manques de compétence.

Ce sont des années de mesures néolibérales que la situation du CHSLD illustre. Les CHSLD ont été le parent pauvre du ministère de la santé. Il y avait un manque de personnel récurant, les agences privés de personnel ont été favorisée avec du personnel racisé et sous payé. Il est plus que temps que la nationalisation des CHSLD privés se fasse et que cessent les entreprises privées qui font des profits sur le dos des personnes âgées. Il est plus que temps aussi que le gouvernement Legault débloque des fonds spécifiquement pour la santé des personnes aînées et pour revaloriser le salaire du personnel engagé.

Le gouvernement Legault travaille pour les multinationales extractivistes

Les ministres Charette et Bonnardel ont vraiment illustré le vernis vert-brun du gouvernement Legault. Le ministre de l’environnement assouplit la norme de nickel dans Limoilou malgré les avis de la ville, des organismes citoyens, de la santé publique. Dans ce cas, à qui profite cet assouplissement ?

Le troisième lien est présenté comme un frein à l’étalement urbain. Évidemment tout le monde ne veut pas vivre dans un multicomplexe au centre ville. Donc au lieu d’un gros tunnel, construisons-en deux petits où le transport collectif sera restreint. Quelle logique écologique !

Voilà le vert brun de ce gouvernement : des paroles magnifiant la protection de l’environnement mais des mesures basées sur les énergies fossiles.
S’étonne-t-on dans ce contexte que l’approbation du tramway tarde alors que c’est un besoin pour faciliter le transport collectif ?

Mais tout cela repose sur une stratégie clairement exprimée par le gouvernement caquiste. François Legault souhaite-t’il faire du Québec l’un des joueurs majeurs de l’industrie mondiale des minéraux stratégiques nécessaires à la transition énergétique, notamment le lithium R Canada ? La filière batteries que souhaite mettre sur pieds le gouvernement Legault repose sur des projets dans toutes les phases de l’extraction : de la mine à la batterie. Les ambitions de Rio Tinto viendraient ajouter un volet de recherche et développement à cette offensive gouvernementale qualifiée d’écologique.

Le gouvernement Legault n’est pas un gouvernement écologiste,c’est un gouvernement en lien avec les industries extractivistes pour que le futur des automobiles électriques soit encore du transport individuel au détriment du transport collectif. Et le nickel fait partie des composantes et des métaux recherchés pour ce projet...alors on comprend le ministre Charette de baisser les normes de nickel dans Limoilou.
Comment enrichir ces revendications pour qu’elles favorisent la convergence des luttes ?

Dans ce contexte que peut-on dire des mouvements sociaux de protestation ? Signalons que le mouvement syndical CSN-CSQ-FTQ appelle a former un front commun pour les prochaines négociations du secteur public. Ce qui est une stratégie différente de la derniere négo. Les centrales syndicales arrivées dispersées devant le gouvernement caquiste lui ont permis de mieux diviser pour régner. Il s’avère donc que les directions syndicales ont fait un bilan de la dernière négo et renoué avec les stratégies des autres négos. Un protocole de non maraudage CSN FTQ CSQ FIIQ FIIIQP a aussi été signé.

D’autres mobilisations sont à prévoir : 22 avril Jour de la terre , 24 avril et la mobilisation des femmes contre les multinationales en commémoration du sinistre au Bangla Desh et du décès de milliers de travailleuses du textile, la manif 1 mai .
La relance s’avère fragile après les deux années Covid.

L’inflation rapide va accentuer l’appauvrissement au Québec. Est-ce que cela va permettre la convergence des luttes autour des revendications comme l’augmentation du salaire minimum, l’indexation des salaires au coût de la vie et la couverture des besoins de base ?

La convergence des luttes, leur unification politique et organisationnelle est essentielle à l’heure des crises sociales, économiques et politiques actuelles. Le gouvernement Legault va continuer à être un gouvernement teflon tant et aussi longtemps que dans la rue, les mouvements sociaux n’auront pas mis à nu le caractère anti social de ce gouvernement.

Bon 1er mai

ginette lewis

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...